/, COOPÉRATION, INTERNATIONAL/FLORENCE PARLY MET UN COUP DE PRESSION SUR LA JUNTE MILITAIRE : « L’AFFAIBLISSEMENT DE L’ÉTAT NE PEUT QUE PROFITER AUX TERRORISTES »

FLORENCE PARLY MET UN COUP DE PRESSION SUR LA JUNTE MILITAIRE : « L’AFFAIBLISSEMENT DE L’ÉTAT NE PEUT QUE PROFITER AUX TERRORISTES »

Pendant que les négociations se sont entamés timidement entre la junte et la société civile au Mali, la Ministre française des Armées, Florence PARLY  était invitée à Europe 1. PARLY souhaite que la transition politique au Mali  soit « rapide » afin d’éviter que la situation bénéficie aux terroristes.

LE COUP DE PRESSION DE LA FRANCE SUR LE CNSP

« Alors, tout d’abord la France a fermement condamné ce coup d’état. Nous voyons bien que la situation politique, économique et sociale était devenue très difficile au Mali au cours ces derniers mois. Mais on ne règle pas le problème par un coup d’état. Et les militaires ne sont pas là pour faire des putschs. Cette junte a exprimé dans ses premières déclarations, son intention de poursuivre le combat contre le terrorisme dans lequel les forces armées maliennes sont engagées depuis plusieurs années. Et de le faire en respectant tous les engagements qui ont été pris vis-à-vis de la communauté internationale. A l’heure où je vous parle, ces engagements restent tenus”, a-t-elle conclu. Mais, il est évident qu’à défaut d’une transition rapide, ces militaires qui ont pris le pouvoir, le remettent à des autorités civiles. Les Etats d’Afrique de l’Ouest engagés dans une médiation avec le Mali l’ont clairement exprimé”. Florence Parly souhaite que le règlement de la situation soit plutôt “une affaire de mois”.   À travers ces propos, Florence Parly lance un message fort à la junte militaire, afin qu’ils se hâte de mettre en place une transition. Plus celle-ci durera, heureux seront les terroristes qui gagneront du terrain. 

LE COUP DE FORCE DE LA JUNTE MILITAIRE A CEPENDANT EU UN EFFET POSITIF SUR LES FAMAS 

Malgré le coup d’état, on observe cependant une grande offensive des famas sur le théâtre des opérations. Ce commandement est en train de s’efforcer à combattre les ennemis de la paix, à croire que le coup de force leur ont permis de reprendre du poil de la bête.  En d’autres circonstances, l’armée malienne est aujourd’hui en passe de surprendre le peuple avec cette montée en puissance à laquelle on croyait à peine.  Les opérations menés la semaine dernière, avec succès, malgré des pertes en vies humaines et matériels côté famas, montre à suffisance qu’ils ne laissent aucune occasion au terroristes, de profiter de la situation que nous vivons. 

UNE TROP LONGUE TRANSITION POURRAIT JOUER EN DÉFAVEUR DU MALI DANS SA LUTTE CONTRE LE TERRORISME

“Nous sommes en guerre” tels étaient les paroles du Président IBK qui, résume la situation sécuritaire que le Mali vit depuis 2012. Alors, l’alerte de Florence parly sur la durée de la transition est à prendre au sérieux. Car, si cette transition dure, les partenaires étrangers qui aident le Mali dans cette guerre, pourrait tout simplement se rétracter. Pour preuve, dès l’annonce de coup d’etat,  Les Etats-Unis ont suspendu tout soutien militaire:  Il n’y a plus ni formation, ni soutien aux forces armées du Mali. Nous avons tout arrêté jusqu’à ce que nous puissions clarifier la situation“, avait annoncé l’émissaire américain pour le Sahel, Peter Pham.  “ On ne sait pas clairement quelles sont les forces impliquées dans la mutinerie, qui est spécifiquement impliqué, ni vers où vont les loyautés“, a expliqué le diplomate.  Cette mutinerie “ne va certainement pas aider” les forces multinationales qui luttent contre les groupes jihadistes au Sahel, a-t-il ajouté, tout en soulignant que les Etats-Unis allaient poursuivre leur soutien et leur partenariat avec les différentes opérations. Washington fournit notamment des capacités de renseignement et de surveillance, ainsi que du transport logistique à la France, qui mène depuis 2014 l’opération Barkhane. Ainsi, leur retrait même si momentané, aura un fort impact sur le théâtre des opérations menés par Barkhane. Et pourrait même, entraîner leur retrait si la transition perdure trop longtemps au goût de la France.   Ce renversement du régime, a alors sans aucun doute porté  un revers pour la France, qui a lourdement investi depuis sept ans pour tenter d’aider le Mali à sortir de l’ornière.  Toutefois, l’un des piliers de la stratégie de Paris consiste à collaborer étroitement avec les forces armées locales dans l’espoir qu’elles puissent à terme assurer seules la sécurité au Sahel.Or, comment continuer à travailler avec une institution auteure d’un coup d’Etat? Raison pour laquelle, la France insiste sur une transition rapide, dirigé par un civil. 

Youssouf Konaté 

By |2020-08-31T17:39:00+02:00août 31st, 2020|A LA UNE, COOPÉRATION, INTERNATIONAL|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils