//FORMATION D’UN MINI GOUVERNEMENT : QUAND LE PRÉSIDENT IBK IGNORE LA LOI SUR LE QUOTA POUR FEMME !

FORMATION D’UN MINI GOUVERNEMENT : QUAND LE PRÉSIDENT IBK IGNORE LA LOI SUR LE QUOTA POUR FEMME !

Dans la mise en application rapide desrecommandations faites à la suite du Sommet Extraordinaire des Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), le Président de la République du Mali, Ibrahim Boubacar Keïta, a fait publier, quelques heures aussitôt, la liste des membres d’un Gouvernement restreint de six ministres.  Cependant aucune femme n’est présente dans ce « mini gouvernement » qui a été constitué essentiellement pour résoudre la crise actuelle. Ce qui fait vraiment grincer des dents aujourd’hui. Donc, il y a la violation de la loi portant sur le quota de 30% par le Président IBK, lui-même qui a voté cette loi au Mali pour la première fois. 

Dans l’histoire du Mali, c’est le Président Ibrahim Boubacar Keïta qui a fait voter la loi portant sur le respect de quota de 30% pour femme tant au niveau des postes électifs que nominatifs dans notre pays.

Quelque chose qui a été précédemment longtemps évoquée, il a fallu l’arrivée du Président IBK à la Magistrature Suprême de notre pays pour voir la concrétisation de la véritable promotion de la femme, à travers l’adoption de la loi portant sur le quota pour le genre au Mali. Une loi, qui jusqu’ici, a été appliqué haut la main. La preuve: pour la première fois dans l’histoire nous avons un nombre considérable de femmes députés Dans l’assemblée nationale actuelle et, c’est  une femme qui tient les rênes au poste de Secretaire Générale de la Présidence ! Malheureusement, cette loi n’a pas été appliqué par le Président IBK dans l’instauration de notre nouveau gouvernement restreint.

Que s’est-il réellement passé pour que le Président IBK viole lui-même sa propre loi?  N’existent-ils pas des femmes capables pour relever le défi ? Pourquoi l’absence de femme dans ce nouveau Gouvernement restreint? Telles sont entre autres questions qui reviennent dans les débats aujourd’hui. 

Rappelons c’est dans sa volonté d’aller vite, très vite, pour la mise en œuvre des recommandations des dirigeants ouest-africains, faites lors du sommet extraordinaire sur la crise socio-politique, tenu en visioconférence avant-hier lundi 27 juillet 2020, que le Président Ibrahim Boubacar Keïta a mis en place un Gouvernement restreint de six membres. Toute chose qui prouve qu’il est entièrement d’accord avec ses pairs de la sous-région dans la résolution de la crise sociopolitique que traverse notre pays. Mais, parmi les six membres du Gouvernement aucune femme n’y figure.

Cette situation a été jugée par bon nombre d’observateurs comme un mépris à l’endroit des femmes maliennes.

Pourtant, si les Ministères de la Défense et des Anciens Combattants, et de la Sécurité Intérieure semblent être des Départements hautement stratégiques, il est clair qu’on a l’habitude de voir des femmes à la tête des Ministères comme la Justice et les Affaires Etrangères, d’où tant d’interrogationsLe chef de l’état douterait-il des compétences des femmes dans contexte particulier ?  Pourtant, des femmes compétentes, capables de relever n’importe quel défi, existent encore au Mali. Et beaucoup! Pour preuve, Nombreux sont ces femmes Dans le Paysage politique ou non, qui tiennent d’une main de fer, d’une volonté sans faille, des institutions, des entreprises. Et surtout, ne lâchent jamais prise jusqu’à l’atteinte de leur objectif. Et cela par le travail seulement! D’ailleurs, le choix d’une femme à l’un de ses postes stratégiques, aurait été un atout de taille pour cette sortie de crise. Ne dit-on pas que ce que la femme veut, Dieu le veut ?  Une chose est certaine, la déception fut au rendez-vous a ce niveau.  Peut-on s’attendre à un soulèvement des femmes pour dénoncer cette situation? Ce  ne serait que légitime ! 

Par Boubacar DIARRA

By |2020-07-29T17:51:38+02:00juillet 29th, 2020|A LA UNE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils