/, ACTUALITE/GESTION DE LA TRANSITION: ET SI LE VICE-PRESIDENT COL GOITA EMPIETAIT ?

GESTION DE LA TRANSITION: ET SI LE VICE-PRESIDENT COL GOITA EMPIETAIT ?

Le premier ministre du futur gouvernement de Transition aura-t-il coudées franches dans la conduite des affaires ? Et le Président lui-même ? Ce sont là des questions qui viennent à l’esprit des maliens. Leur inquiétude se fonde sur les faits et gestes de la junte qui, depuis le début de ce processus, montre sa volonté de s’accrocher au pouvoir. Un fait qui l’atteste est la démarche  où le CNSP a tenté, par des astuces, de refuser de se plier aux recommandations de la CEDEAO. Cette volonté s’est affichée également dans le déroulement des travaux des Concertations nationales. Celles-ci avaient débouché sur une Charte non consensuelle. C’était la raison pourquoi la CEDEAO avait durci le ton lors du mini sommet d’Accra.

Au retour d’Accra, la junte, consciente du danger auquel elle s’exposait, et exposait le Mali, a vite mis en place un collège de désignation d’un Président de Transition. Le choix a porté sur Bah N’DAOU, un officier de l’armée à la retraite, certes. Mais ce choix n’est pas épousé par tout le monde. Certains y voient une volonté manifeste de ne pas céder le pouvoir aux civils, conformément aux recommandations de CEDEAO et aux volontés d’une partie de la classe politique. Particulièrement le M5-RFP a dénoncé la méthode utilisée pour le choix. Sans être contre la personnalité désignée, le comité stratégique du M5 s’est insurgé contre la procédure. Or, le CNSP traduit ainsi sa volonté de dévier ou de déjouer le piège de la communauté internationale dont la CDEAO. Celle-ci avait brandi la menace d’un embargo total.

Après le choix de Bah N’DAOU, les Maliens attendent leur premier ministre. Là, les langues se délient. Surtout autour du poste de vice-président. Un choix porté sur le col GOITA. Cette personnalité du CNSP va-t-elle s’effacer au profit du président ? En sera-t-il de même pour le premier ministre. Est-ce que le président N’DAOU et le Premier ministre auraient les coudées franches ? Le doute est permis quand on se réfère à certaines décisions et à l’attitude de la junte. De l’avis de certains pessimistes, il est fort possible que la  junte veuille  s’imposer ou imposer la volonté de l’armée. Mais le Président de la Transition est connu aussi pour être un dur à cuir. Pourra-t-il s’affranchir de l’emprise de la junte et laisser faire ? L’avenir nous édifiera.

LAYA DIARRA

By |2020-09-24T10:31:08+02:00septembre 24th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils