/, FAITS DIVERS/HAUSSE DE LA CONSOMMATION DU GAZ BUTANE: LE MALI VA-T-IL VERS UNE PÉNURIE ?

HAUSSE DE LA CONSOMMATION DU GAZ BUTANE: LE MALI VA-T-IL VERS UNE PÉNURIE ?

La consommation du gaz butane augmente en cette période d’hivernage à cause des difficultés d’attiser les feux avec du bois ou du charbon. Actuellement, nous assistons à une ruée de la population vers ce produit dont le stock diminue en grande vitesse. Une situation qui inquiète les ménages. Cette année, en accord avec les opérateurs gaziers, le gouvernement fixe le prix de la bouteille de 6 Kg de butane à 2910 FCFA. Celle-ci était vendue à 3500 FCFA il y a quelques semaines. Quant à la bouteille de 2,75 Kg, elle est cédée à 1335 FCFA au lieu de 1400 FCFA.

Selon une source, suite à la grève des importateurs de gaz butane en 2019 pour non-paiement de leurs dettes nées des prix subventionnés, l’Etat, à travers la Direction Générale du Commerce, de la Concurrence et de la Consommation, a imposé pour 2020, un quota pour chaque importateur dans le cadre d’un cahier des charges.  Force est de constater que ces quotas ont été fixés sans réellement tenir compte de la consommation de la population, en comparant la consommation des années précédentes à celle de l’année en cours.

Cette même source indique que «la hausse de la consommation est due au manque de charbon et du bois, manque provoqué par la déforestation et la mise en place des mesures nationales et internationales de protection de l’environnement. Déjà en août, le quota attribué à chaque importateur est presque épuisé ».

Déjà, en plein milieu de l’hivernage, recharger sa bouteille de butane est de plus en plus difficile. Beaucoup de points de distribution sont vides. Donc, il faudra en faire chercher à plus niveaux. Les vendeurs n’hésitent pas à dire que l’Etat n’a pas respecté ses engagements.  Il s’agit en fait de la subvention qui permet aux importateurs locaux d’amortir leurs dépenses afin que le gaz soit à la portée des populations. Ils disent que si les autorités maliennes ne donnent pas de nouveaux quotas, ils n’ont plus d’argent pour importer du gaz butane.

« Si rien n’est fait par les autorités avant la fin de ce mois d’août, une nouvelle crise risque de s’ajouter aux crises actuelles que connaît notre pays » va-t-il signaler.

YOUSOUF KONATE

By |2020-08-18T08:59:29+02:00août 18th, 2020|ACTUALITE, FAITS DIVERS|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils