//ISSA KAOU DJIM SUR LA MEDIATION DE LA CEDEAO AU MALI : « SI LA CEDEAO EST VENUE POUR IMPOSER LA VOLONTÉ DE LA FRANCE, ON DIT NON !»

ISSA KAOU DJIM SUR LA MEDIATION DE LA CEDEAO AU MALI : « SI LA CEDEAO EST VENUE POUR IMPOSER LA VOLONTÉ DE LA FRANCE, ON DIT NON !»

Les émissaires de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sont dans notre pays depuis le samedi 22 août 2020 pour discuter avec les nouvelles autorités du pays du sort de l’ancien président Ibrahim Boubacar KEITA mais aussi discuter sur la présidence ainsi que la durée de la transition. De ce fait, Issa Kaou DJIM s’exprime sur la rencontre entre le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP).

Il a signalé qu’il  avait décidé d’arrêter de parler mais qu’en ce moment cela a des conséquences. Certaines personnes ne sont pas prêtes à accepter le travail effectué par le peuple. ‘’La communauté internationale qui est la CEDEAO est l’envoyé de la France. Je dis et l’assume’’. Pour corroborer ses propos, M. N’DJIM a  donné quelques exemples à savoir : La CEDEAO dispose de textes dont certains points sont bons comme l’intégration du peuple africain. Aujourd’hui comment l’intégration a lieu entre les peuples ? Il faut harmoniser les textes ; mais comment ? Est-ce que les textes de la CEDEAO sont harmonisés pour dire le nombre de mandats pour les présidents qui dirigent les pays membres ? Cela n’existe pas. A la fin de leurs mandats, ils font du toupillage pour changer la constitution à moins que le pays ait une société civile forte.

Tel a été le cas de Blaise KOMPAORE. Ce sont les Burkinabés qui se sont levés pour le chasser. Alassane WATTARA parle de troisième mandat. Qu’a dit la CEDEAO ? On parle de troisième mandat en Guinée Conakry.

Qu’est-ce que la CEDEAO a dit ? C’est eux qui n’arrivent pas à harmoniser les textes.

Ils ne parlent pas ; mais quand le peuple se lève pour demander leur départ, ils font tout pour que ces présidents maltraitent le peuple. Pour Issa Kaou DJIM, ce qui s’est passé le 18 août 2020 n’est pas un coup d’état. C’est des fils du pays qui ont compris qu’ils assument leurs responsabilités d’accompagner la révolution démocratique populaire. Il a affirmé ceci : « Ce qui se passe actuellement est une phase décisive. La CEDEAO est venue pour nous aider. Qu’elle soit la bienvenue. Mais si elle est venue pour imposer la volonté de la France, on dit, non ». Il indiquera aussi que « Les chefs d’Etats africains qui cherchent le troisième mandat dans leurs pays s’occupent de leurs problèmes. Ils n’ont pas la volonté d’aider le Mali. Le peuple s’est soulevé. Personne n’a le droit de confisquer cette victoire.»

YOUSSOUF KONATE

By |2020-08-26T18:24:37+02:00août 26th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils