/, COOPÉRATION/JEAN-YVES LE DRIAN AU MALI : POUR REAFFIRMER LA VOLONTE DE LA FRANCE A ACCOMPAGNER LA TRANSITION

JEAN-YVES LE DRIAN AU MALI : POUR REAFFIRMER LA VOLONTE DE LA FRANCE A ACCOMPAGNER LA TRANSITION

Initialement annoncée pour jeudi 22 octobre 2020 avant d’être reportée pour raison de panne d’avion, la visite au Mali du ministre français des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le DRIAN, s’est finalement effectuée le dimanche 25 octobre 2020. Il faut dire que, pour les nouvelles autorités maliennes, cette visite officielle d’une haute personnalité française revêt une importance capitale dans la mesure où elle dénote la reconnaissance, par la France, d’une légitimité à l’endroit des autorités de la transition. Outre cette reconnaissance de légitimité, cette visite s’affiche comme la réaffirmation de la volonté de la France à accompagner la transition durant le délai de 18 mois qui lui est imparti par la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Il faut aussi dire que depuis le renversement du régime ‘’IBK’’ par un coup d’Etat militaire le 18 août 2020, c’est la première fois qu’une autorité française se rende au Mali en visite officielle. A l’occasion de cette visite, le ministre français des Affaires Etrangères a eu des entretiens avec les tenants des rênes du pouvoir que sont le Président de la transition Bah N’DAW, le Premier ministre Moctar OUANE et le vice-président de la transition, Assimi GOÏTA. Au cours de ces différents entretiens, principalement deux sujets ont fait l’objet de débats. Les problèmes se rapportant à la paix et à la sécurité, et aussi la création des conditions pour l’organisation d’élections transparentes pour clore la transition.

Au cours de son séjour au Mali, le Chef de la diplomatie française a signé plusieurs conventions de coopération, dans le domaine de la fourniture d’eau potable aux populations ou encore pour aider à l’autonomisation des femmes

Au nombre desdites conventions signées, il y a essentiellement cinq (5) de l’Agence française de développement pour un montant total de plus de 92 milliards de francs CFA (140 M€). Ces conventions portent sur des projets très concrets, répondant aux principaux besoins des populations du Mali :

 1) amélioration du réseau électrique national ;

2) amélioration de l’accès en eau potable pour 6 localités du Mali ; 3) autonomisation des femmes ;

 4) « filets sociaux » de lutte contre la pauvreté notamment par le biais de transferts monétaires ;

5) accompagnement de la Banque nationale de développement agricole du Mali.

Matérialisations concrètes de l’engagement de l’Alliance Sahel au Mali, trois de ces cinq projets font l’objet de cofinancement : avec la Banque mondiale pour les projets relatifs à l’autonomisation des femmes et aux « filets sociaux » ; avec la Banque européenne d’investissements pour le projet « Boucle haute tension Nord de Bamako ». En effectuant ce déplacement, le ministre français était surtout motivé par la transmission d’un message : La France restera absolument vigilante non seulement sur la durée de la transition qui est de 18 mois à compter du 15 septembre 2020 mais aussi sur le respect des engagements pris par l’État malien auprès de la Communauté Economique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO).

Comme l’avait signifié le Président de la transition lors de sa cérémonie d’investiture, l’émissaire français a pour sa part reconnu que  pendant la transition, on ne peut pas tout faire, il faut aller à l’essentiel en faisant en sorte que les élections qui marqueront la fin de la période transitoire soient crédibles et transparentes. La paix et la sécurité sur le territoire malien ayant été le principal sujet abordé au cours de cette visite du chef de la diplomatie française au Mali, c’est tout naturellement que l’Accord d’Alger a été évoqué et avec insistance. A cet effet, Jean-Yves Le DRIAN a signifié à ses hôtes l’attachement de la France à la mise en œuvre de l’accord pour la paix et la réconciliation issu du processus d’Alger.

Au deuxième jour de sa visite, le ministre français a aussi rencontré des représentants des groupes signataires de l’Accord d’Alger. Cette autre rencontre a permis de faire le point sur le suivi des Sommets de Pau et de Nouakchott et celui plus large de la Coalition pour le Sahel.

 El Hadj Mamadou GABA

 

By |2020-10-26T16:31:29+01:00octobre 26th, 2020|ANALYSE, COOPÉRATION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils