/, ACTUALITE/LA RELANCE DE LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE DU M5-RFP MAINTENUE APRES LA TABASKI: “CEUX QUI PENSENT QU’ILS ARRIVERONT A DETRUIRE NOTRE COMBAT, SE TROMPENT … “, DIXIT L’IMAM MAHMOUD DICKO

LA RELANCE DE LA DÉSOBÉISSANCE CIVILE DU M5-RFP MAINTENUE APRES LA TABASKI: “CEUX QUI PENSENT QU’ILS ARRIVERONT A DETRUIRE NOTRE COMBAT, SE TROMPENT … “, DIXIT L’IMAM MAHMOUD DICKO

C’est en ces termes que l’autorité morale du Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP), l’Imam Mahmoud Dicko, a réaffirmé le maintien de la pression sur le Président Ibrahim Boubacar Keïta et son régime malgré qu’il avait reçu le Premier ministre, Dr. Boubou Cissé, 24 heures avant. C’était à la faveur d’une conférence de presse organisée hier au siège de la CMAS (Coordination des Mouvements, Associations et Sympathisants de l’Imam Mahmoud Dicko). 

Y étaient présents pour l’occasion presque tous les leaders du Mouvement du 05 Juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) entre autres : Cheick Oumar Sissoko de l’Espoir Mali Kura, Me Mountaga Tall, Choguel Kokala Maïga du FSD (Front pour la Sauvegarde de la Démocratie), Issa Kaou Djim de la CMAS, et surtout l’autorité morale du M5-RFP, l’Imam Mahmoud Dicko. L’objectif de la présente conférence de presse était de donner la position du M5-RFP sur les recommandations des Chefs d’Etat de la CEDEAO, en visioconférence le lundi dernier. D’entrée de jeu, Cheick Oumar Sissoko a rappelé qu’ils ont eu une information lors de la conférence des Chefs d’Etat. “C’était ma première fois qu’on apprenne qu’il a été dit que Soumaïla Cissé a été enlevé par un groupe terroriste”, a-t-il signalé. Il a déploré le fait que le président en exercice de la CEDEAO, Mahamadou Issoufou, non moins président du Niger, ait présenté ses condoléances au Président de la Côte d’Ivoire pour la disparition de son Premier ministre et sans faire allusion à nos victimes des évènements des 10, 11 et 12 juillet 2020. “En apprenant que Moussa Timbiné et ses camarades ont tenu une conférence de presse pour annoncer leur refus de démissionner de leur poste de député à l’Assemblée Nationale, donc, je leur demande de se joindre à nous maintenant”, a-t-il dit. Parlant de la cohésion au sein du M5-RFP, M. Sissoko a rassuré que le Mouvement mettra fin à des bruits autour de cela. “Le M5-RFP veut mettre fin à la mal gouvernance, à la gabegie dans notre pays. Mais, il ne fera pas cela  seul, il le fera avec le peuple”, a-t-il indiqué.

Etant cinéaste, il a annoncé qu’un titre “la ligne rouge” comme a dit la CEDEAO est en projet de film. Ce qui explique qu’il compte faire une œuvre cinématographique sur ce sujet et qu’il est déjà en train de travailler sur ce sujet. “Les décisions de la CEDEAO nous confortent dans cette idée. L’expression politique au sein du M5-RFP nous permet de rester solidaires”, a-t-il indiqué. Choguel Kokala Maïga a laissé entendre que les propositions des Chefs d’Etat sont anticonstitutionnelles et inapplicables dans notre pays. C’est pour dire toute la détermination du M5-RFP pour obtenir la démission du Président Ibrahim Boubacar Keïta et de son régime. M. Maïga a rappelé que l’autorité morale qui avait permis de surseoir à ce point, les derniers évènements lui ont permis d’ignorer cette décision. “Après la fête, la trêve sera terminée et nous allons reprendre la désobéissance civile jusqu’à la victoire finale. Un peuple révolté contre ses dirigeants ne peut pas être empêché d’atteindre ses objectifs”, a-t-il précisé, avant de dire que la démocratie ne peut pas se limiter à une question électorale. Et  d’ajouter que désormais, aucun dirigeant ne pourra plus croire que tout lui est permis.

Issa Kassa, en la lecture du document répondant aux décisions des Chefs d’Etat de la CEDEAO sur la crise socio-politique au Mali, a rappelé que la présente conférence fait suite aux conclusions du sommet extraordinaire des Chefs d’Etat. Le M5-RFP se dit étonné que les décisions des Chefs d’Etat se limitent à la seule question électorale. Il a indiqué que les différents points indiquant les mesures fortes prises par les Chefs d’Etat de la CEDEAO ne répondent pas aux aspirations du peuple malien. “La CEDEAO a décidé de mettre le Mali sous tutelle. Il s’agit de protéger un régime corrompu contre la volonté d’un peuple. Donc, les décisions de la CEDEAI ne tiennent pas compte des préoccupations du peuple, violent la Constitution de notre pays. La crise au Mali n’est pas seulement qu’une question de droit”, a-t-il dit.

“Le M5-RFP réaffirme sa position qui est la démission du Président IBK et réitère ses actions judiciaires jusqu’à la CPI sur l’utilisation de la FORSAT contre des manifestants à mains nues. Nous sommes déçus et profondément déçus des décisions des Chefs d’Etat de la CEDEAO… Tous ceux qu’ils ont demandés, tout est partiel. Le respect de la volonté du peuple malien passera forcement par une transition démocratique”, a indiqué Choguel Kokala Maïga. L’Imam Mahmoud Dicko a rappelé que le Mali n’est pas un pays soumis, ce n’est pas un peuple résigné. “Nous vivons un moment historique de la vie de notre pays. Qu’on ne fasse pas nous distraire pour aller vers l’essentiel. Ceux qui pensent qu’ils arriveront à détruire notre combat, se trompent. Ce qui a été dit, si la CEDEAO n’a pas compris, elle est dans sa logique. Mais le problème aujourd’hui, c’est de restaurer la nation malienne, pour les maliens, par les maliens. Nous ne sommes pas des va-t’en guerre. On doit aimer tous les maliens de la même manière”, a-t-il laissé entendre.

“Ils veulent nous pousser à la faute. Il ne faut pas accepter cela. Qu’est-ce qui a été dit pour qu’on accepte? Pour la visite du Premier ministre, Boubou Cissé chez moi le mardi soir, j’ai dit qu’il n’y a aucun problème. “Aucune déclaration ne m’ébranlera. Ceux qu’ils n’ont pas pu faire au niveau national, on veut l’amener à l’international. Ce qui a été dit sur ma rencontre avec Boubou Cissé, je n’ai pas compris les choses comme ça. Il était venu en tant que neveu. Il m’a demandé de les aider à régler les problèmes du pays. Je lui ai dit que ce n’est pas de cette façon qu’on pourra régler lesdits problèmes. Je ne suis pas du genre à ne pas m’assumer. Je peux me tromper”, a-t-il expliqué. “Ni moi, ni de mes proches ne rentreront dans le Gouvernement. Pour moi, c’était une visite privée. Contrairement à ce qui a été dit sur les antennes de RFI, que j’accepte de prendre la main tendue du Président IBK, je dis d’arrêter de tendre la main et de s’approcher maintenant”, a-t-il informé. “Si Dieu permet à ce que Soumaïla Cissé soit parmi nous, beaucoup de secrets seront dévoilés. Du coup, il a invité que les uns et les autres soient vigilants…

Rencontre Boubou Cissé et Imam Mahmoud Dicko

Voici ce qui a été supposé dit entre les deux personnes. Le Premier ministre malien Boubou Cissé a demandé avant-hier mardi à l’influent l’Imam Mahmoud Dicko de “s’impliquer” pour que le Mouvement d’opposition, M5-RFP, rejoigne un Gouvernement d’Union Nationale pour dénouer la crise socio-politique qui ébranle le Mali depuis juin, a indiqué un proche du Chef du gouvernement. Lors de ce tête-à-tête au domicile du Chef religieux, figure de proue de la contestation, le Chef du Gouvernement ” a demandé à l’Imam Dicko de s’impliquer pour que les acteurs du M5-RFP acceptent la main tendue du Chef de l’Etat, Ibrahim Boubacar Keïta, en rejoignant le gouvernement d’union nationale, en privilégiant le dialogue comme solution incontournable de sortie de crise”, a déclaré dans un message transmis à l’AFP le directeur de la cellule de communication du Premier ministre, Boubou Doucouré.

Boubacar DIARRA

By |2020-07-30T10:14:34+02:00juillet 30th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils