/, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO/LA SUBVENTION DE L’ENGRAIS BAISSE DANS LA REGION DE MOPTI: LA CAMPAGNE AGRICOLE RISQUE D’ETRE UN FIASCO !

LA SUBVENTION DE L’ENGRAIS BAISSE DANS LA REGION DE MOPTI: LA CAMPAGNE AGRICOLE RISQUE D’ETRE UN FIASCO !

La campagne agricole risque d’être un échec total dans la région de Mopti. Selon les échos qui en viennent, tout indique que la région ne sera pas à l’abri d’une insécurité alimentaire. Le problème s’explique par la baisse drastique de la subvention des engrais. De 100% sous le régime de ATT, la subvention des intrants connaît une diminution nette en 2013 avec IBK. Selon les sources, cette subvention passe de 50 % à 10% entre 2013 et 2020. Cette situation préoccupe énormément le monde paysan. A cause de la baisse de la subvention, les paysans de Mopti sont contrariés au même titre que tous les producteurs maliens.

Le problème avait été évoqué par les producteurs de coton en zone CMDT. Aujourd’hui, c’est tout le corps agricole qui le vit. La baisse de la subvention des intrants notamment celle de l’engrais embarrasse, tant le produit est si indispensable pour améliorer la productivité. Dans la région de Mopti, le problème se pose aujourd’hui avec acuité. Il a été établi que des opérateurs et commerçants véreux font de la spéculation. Ainsi, malgré la subvention de ces produits par l’Etat, le prix à l’achat reste élevé. Une situation que les paysans ont chaque fois dénoncée sans être soutenus par l’administration qui laisse faire en fermant les yeux. Le phénomène est vécu partout sur le territoire national.

Les producteurs ne peuvent pas se passer du produit.

La subvention permet aux paysans d’en supporter le coût. C’est pourquoi le gouvernement accompagne le monde rural. Selon des échos qui nous parviennent, la campagne agricole risque de connaitre de sérieuses difficultés à cause de cette baisse de subvention. Ce problème se situe dans un contexte difficile pour le pays où le désaccord entre pouvoir, acteurs politiques et société civile a atteint un seuil inquiétant. Plus de deux mois, le pays peine à stabiliser un gouvernement capable de relever les multiples défis. En l’absence d’un ministre pour porter les problèmes agricoles, il est à parier que cette situation puisse se dénouer rapidement. Le souci doit être de tout faire pour que les paysans ne boycottent pas la campagne comme les conton-culteurs avaient l’habitude de le faire.

LAYA DIARRA

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils