/, ACTUALITE, ECONOMIE/LE MINISTRE HAROUNA NIANG LORS DE LA RENCONTRE AVEC LES INDUSTRIELS: « IL FAUT QU’IL Y AIT DE LA CONFIANCE ENTRE NOUS. CROYEZ-MOI, JE SUIS VOTRE ALLIE »

LE MINISTRE HAROUNA NIANG LORS DE LA RENCONTRE AVEC LES INDUSTRIELS: « IL FAUT QU’IL Y AIT DE LA CONFIANCE ENTRE NOUS. CROYEZ-MOI, JE SUIS VOTRE ALLIE »

Pour la première fois depuis son installation au département du commerce et de la promotion de l’investissement,  Monsieur Harouna NIANG a tenu  une rencontre d’échanges avec les industriels du Mali. Une des rares occasions permettant de  recenser leurs préoccupations les plus pressantes pour le renforcement du tissu industriel existant. Il s’agira aussi d’aider à la création d’industries là où le besoin et les opportunités existent.  C’était hier à  l’hôtel Koïra en présence du président du CCIM ainsi que  plusieurs personnalités du monde industriel.

 Le ministre du Commerce et de la Promotion de  l’Investissement, à l’entame de son propos, dira que  la rencontre s’inscrit dans le cadre d’échanges avec les industriels. Selon lui, l’objectif vise, à partir d’un diagnostic partagé, à renforcer le tissu industriel existant et à aider à la création d’industries là où le besoin et les opportunités existent. « Les chantiers déjà ouverts seront poursuivis et achevés pour nombre d’entre eux, grâce à l’appui de vous tous. Sans être exhaustif, je pense à la fusion entre Sukala S-A et N’Sukala S-A, à la relance de l’usine de thé Farako, à la réalisation d’un abattoir pour permettre l’exportation de la viande du Mali conformément à la feuille de route de la Transition, mon département déclinera un programme de travail dans les prochains jours, afin de maximiser les résultats sur cette période de Transition>> a-t-il indiqué.

A l’en croire, ce programme se veut tout aussi efficient que participatif d’où, la présente rencontre

Ajoutant, le ministre NIANG dira que ce  programme permettra de accroitre, dans des proportions appréciables, la contribution de l’industrie dans le PIB, à augmenter le nombre d’emplois créés et à renforcer le degré de la confiance des usagers et des opérateurs économiques que vous êtes dans l’Administration. «Ne perdons pas de vue l’impératif temps. Dix-huit mois ont vite fait de passer alors que les attentes sont aussi nombreuses que légitimes. C’est pourquoi je voudrais que nous focalisions nos échanges sur les goulots d’étranglement au développement de nos industries et que nous parvenions à des propositions de solutions efficaces, pragmatiques et à court terme. Ce sont ces quelques mots que je tenais à vous adresser, comme pour introduire les débats. ».

Avant de terminer son allocution, le ministre du commerce et de la promotion de l’investissement dira : « Nous devrons œuvrer  ensemble ! Évitons cette division et donnons-nous la main sinon nous sommes tous perdants. Il faut qu’il y ait de la confiance entre nous. Croyez-moi je suis votre allié et je vais commencer à apporter la brique pour que le mur atteigne une certaine hauteur. » Le Président de la Chambre du commerce et de l’industrie (CCIM) quant-à lui,  dira que le monde des affaires de notre pays se réjouit de ce choix des plus Hautes Autorités, porté sur Harouna TOURE comme ministre de tutelle car selon Issoufou BATHILY, « Nous savons tous que vous êtes en terrain bien connu et bien pratiqué. Je tiens à les rassurer que le secteur privé tout entier est engagé dans le cadre de la mise en œuvre des missions de la Transition et prêt à jouer toute sa partition. En demandant la présente rencontre avec les opérateurs économiques, il est clair que vous avez déjà pris toute la mesure de vos missions qui sont aussi nobles qu’exaltantes. »

A ses dires,  ce geste est la preuve de toute la disponibilité et le sens de l’écoute du nouveau ministre

Pour lui l’économie nationale en général et le secteur privé en particulier ont souffert des multiples crises socioéconomiques depuis des années suite à la crise sanitaire liée à la pandémie à coronavirus et la crise sociopolitique que le Mali connaît depuis le premier semestre 2020 qui a abouti aux événements du 18 août dernier. Avant de conclure  il a souligné que la particularité des crises de cette année est qu’elles ont entrainé la fermeture des frontières dans le cadre des mesures prises par le Gouvernement en vue de la protection des populations contre la maladie à coronavirus et un embargo imposé à notre pays par la CEDEAO suite aux événements du 18 août 2020.

Pour monsieur BATHILY, ces deux circonstances ont été extrêmement difficiles à supporter par notre secteur économique, partout dans le pays

« C’est l’occasion pour moi, de remercier tous les opérateurs économiques de l’ensemble du territoire national, ces femmes et ces hommes d’affaires qui se sont battus pour la patrie afin d’assurer le ravitaillement correct de nos braves populations en produits et denrées de première nécessité pendant que le pays vivait sous l’état d’urgence, le couvre-feu ou sous le poids de l’embargo, il s’agit aussi de remercier très sincèrement les autorités du pays qui ont fourni d’énormes efforts pour faciliter les activités économiques pendant ces moments difficiles de l’existence de notre nation.  Aujourd’hui, certes nous sortons de l’embargo imposé par la CEDEAO mais la maladie a coronavirus continue de sévir. Nous restons donc encore sous les effets cumulés de ces crises majeurs qui entravent énormément les activités économiques dans notre pays. Toutefois, pendant ces mêmes moments de turbulence économique, nous avons besoin de nous redresser économiquement et d’assurer la survie de notre économie nationale. »

Ben Chérif

By |2020-10-20T15:21:06+02:00octobre 20th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE, ECONOMIE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils