/, INTERNATIONAL/LE PRESIDENT ALGÉRIEN ABDELMAJID TIEBBOUNE TACLE LA CEDEAO SUR LE MALI: “LA CEDEAO NE NOUS A PAS CONSULTE, NOUS NE LA CONSULTERONS PAS NON PLUS.”

LE PRESIDENT ALGÉRIEN ABDELMAJID TIEBBOUNE TACLE LA CEDEAO SUR LE MALI: “LA CEDEAO NE NOUS A PAS CONSULTE, NOUS NE LA CONSULTERONS PAS NON PLUS.”

“LA SOLUTION A LA CRISE MALIENNE EST A 90% ALGERIENNE !”

Cette déclaration du président Algérien non membre de la CEDEAO sur la crise malienne nous fait douter de la bonne fois de ce pays qui se dit ami.  Une chose est claire et connue de tous, cette crise malienne qui n’a que trop duré. Et si l’Algérie voulait mettre un terme aux activités terroristes, en participant à la sécurisation de notre territoire, la situation  n’allait pas autant empirer.

 En effet, le dimanche dernier 20 septembre lors d’une rencontre avec la presse, le président Algérien M. TEBBOUNE a fustigé l’organisation sous-régionale ouest-africaine pour ne l’avoir pas associé au projet de sortie crise au Mali. Selon lui, l’Algérie n’a pas eu de discussions ni de concertations avec aucune partie internationale de l’extérieur concernant la question malienne. «La CEDEAO ne nous a pas consulté, elle ne nous a pas parlé. Nous ne la consulterons pas non plus et nous ne  parlerons pas avec elle. La solution à la crise malienne est à 90% algérienne. Il n’y a pas de solution à la question du nord du Mali en dehors du cadre de l’Accord d’Alger.” ». Indiquant le rôle incontournable de l’Algérie dans ce dossier, le président algérien, par cette déclaration, fait comprendre à la fois aux colonels et au personnel politique à Bamako que la sortie du pays de la crise  relève de ses prérogatives. Or, au Mali, il n’est plus un secret de polichinelle que l’Algérie, pour préserver son intégrité territoriale, fera l’ultime sacrifice, même si cela doit passer par un deal entre groupes armés et autorités, laissant sans défense et sans assistance le Mali à la merci des terroristes. Cela, pourvu que son pays  soit apaisé. Pourvu que son territoire ne vive plus de guerre civile qui avait fait plus de 100 000 morts.

Certainement une des raisons qui avait fait que ce pays ne s’était jamais dévoilé quant il s’agissait de bouter les terroristes hors du Mali

L’Algérie a toujours pensé que la menace au Mali était essentiellement islamiste. Les groupes actifs dans la région profitent surtout du désordre. Ce qu’Alger craint par-dessus tout, c’est une partition du Mali qui renforcera ces groupes. Alors que le plus important et sage à faire c’est de reconstruire démocratiquement l’État du Mali pour préserver l’unité. Le contraire entrainerait certainement des problèmes de voisinage. Il existe plusieurs dangers : l’extension des réseaux terroristes, une instabilité en matière de commerce et des formes de banditisme qui peuvent toucher non seulement l’Algérie, mais aussi tous les pays voisins. » Aujourd’hui  Ses voisins pressent l’Algérie d’intervenir militairement. Mais leurs appels ont peu de chance d’être entendus car il refuse le principe d’ingérence et préfère employer d’autres moyens pour peser sur la situation.

Rappelons que la position de ce pays est de tout faire pour préserver l’accord d’Alger de 2015 dont les millions de Maliens sont hostiles à l’application à cause des zones d’ombres qu’il renferme. Du côté malien, certains  ont toujours affirmé que l’Algérie était responsable de la prolifération du terrorisme dans la zone. Et d’autres continuent de critiquer fortement  le refus de ce pays de déployer son armée pour mettre fin à ce désordre.

Des responsables maliens accusaient même leur voisin de profiter du trafic qui traverse la frontière

Malgré ce danger, ce pays  a surtout voulu l’accord dans le but d’empêcher une présence occidentale appuyée même avant le conflit. Mais les autres pays du Sahel souhaitent l’aide occidentale, encore plus aujourd’hui. D’ailleurs, une mission militaire a été dépêchée par l’ONU, l’UA et la CEDEAO pour faire un bilan poussé en vue d’une intervention des forces militaires africaines voisines.

Ben Chérif

By |2020-09-28T14:42:59+02:00septembre 24th, 2020|ACTUALITE, INTERNATIONAL|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils