/, ACTUALITE/LES FAITS DEMENTENT LES PREDICTIONS : KATI CONTINUE TOUJOURS DE FAIRE PEUR A BAMAKO

LES FAITS DEMENTENT LES PREDICTIONS : KATI CONTINUE TOUJOURS DE FAIRE PEUR A BAMAKO

On se souvient qu’après une mutinerie qui a eu lieu en septembre 2013, le Président IBK, alors nouvellement élu et ayant été officiellement investi le mercredi 4 septembre 2013, rassurait les Maliens que ‘’Kati ne fera plus peur Bamako, en tout cas pas à Koulouba’’. Effectivement cette annonce avait été suivie d’effet avec l’arrestation de tous les militaires impliqués dans le putsch qui a renversé le Président ATT et parmi lesquels le capitaine Amadou Haya SANOGO.

Il est vrai que depuis cette prédiction du Président IBK, les bruits de bottes se sont fait moins entendre en provenance de la ville garnison de Kati, mais il faut aussi reconnaitre que les tensions sociopolitiques n’ont pas cessé de s’exacerber, pour autant. Est-il besoin de dire, l’exacerbation du mécontentement populaire, résultante de la mauvaise gouvernance, conduit toujours à des sautes d’humeur qui mettraient très mal à l’aise le pouvoir d’Etat.

Ce serait une lapalissade que dire, certaines de ces sautes d’humeur mettent les citoyens dans une expectative totale et c’est ce qui a été donné de constater ce mardi 18 août 2020 au Mali, notamment à Bamako.

En effet, ce mardi matin, Bamako la capitale malienne s’est réveillée sous des bruits de bottes et les toutes premières brides de nouvelles qui apparaissent sur les réseaux sociaux, indiquent Kati, la ville garnison, comme lieu de provenance desdits bruits. Le moins que l’on puisse dire est que Bamako a pris des allures de ville morte dans la mesure où la majorité écrasante des populations a préféré se terrer plutôt que de vaquer à ses occupations habituelles. Bien entendu qu’en pareille circonstance, ce sont plutôt les supputations qui vont bon train et les rumeurs les plus folles circulent dans tous les sens en rajoutant à l’anxiété des populations. En tout cas avec la situation qui a prévalu à Bamako ce mardi 18 août 2020, on pourrait dire que les faits ont démenti les prédictions faites par le Président IBK en octobre 2013.

L’allure de ville morte qu’a prise Bamako suite aux bruits de bottes qui ont retenti ce mardi prouve à suffisance que Kati continue toujours de faire peur à Bamako.

Ce qui a été constaté à Bamako le prouve bien. Les services centraux de l’Etat étaient fermés avec à la clé un déploiement impressionnant de différents corps de l’armée. Ces bruits de bottes deviennent encore plus préoccupants dans la mesure où ils interviennent dans un contexte de crise sociopolitique dont l’issue est vraiment incertaine. Si depuis plus de dix semaines un front de contestation est en train de se battre pour obtenir la démission du Président de la République, il faut dire qu’avec la jonction des bruits de bottes, la situation pourrait voir son épilogue. En effet avec le déroulement des faits, on s’achemine plutôt vers un coup d’Etat. Bien que n’ayant encore eu aucune confirmation formelle de coup d’Etat, au moment où nous mettions sous presse cet article, tout indique néanmoins que la situation sur le terrain augure d’un coup d’Etat et cela de façon irréversible.

 

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-19T17:43:00+02:00août 19th, 2020|A LA UNE, ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils