//LES SANCTIONS DE LA CEDEAO SUR LE MALI : L’EMBARGO COMMENCE À SE FAIRE SENTIR DANS LES BANQUES ET SUR LA POPULATION !

LES SANCTIONS DE LA CEDEAO SUR LE MALI : L’EMBARGO COMMENCE À SE FAIRE SENTIR DANS LES BANQUES ET SUR LA POPULATION !

Suite à l’embargo émis par les Chefs d’Etat de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) sur le Mali pour protester contre le coup d’Etat militaire, des réactions pleuvent tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. Les acteurs économiques comme les travailleurs dans des Banques, Assurances, Etablissement Financiers et Commerces du Mali, à travers leur syndicat (SYNABEF et FENPECAB), répondent.

En réaction à l’embargo sur le Mali, embargo décrété par les dirigeants ouest-africains, le Syndicat National des Banques, Assurances, Etablissement Financiers et Commerces du Mali (SYNABEF) et la Fédération Nationale de Pétroles, Assurances, Commerces et Banques du Mali (FENPECAB), à travers un communiqué, manifestent leurs vives préoccupations. Dans le communiqué qui suit, les deux syndicats affirment suivre avec une très grande préoccupation, les décisions prises par la Banque Centrale des Etats de l’Afrique de l’Ouest. La BCEAO a fermé ses guichets. Son système de compensation bancaire n’est plus disponible.

Ces décisions qui découlent de l’embargo décrété par la CEDEAO le 18 août 2020, notamment l’arrêt de tous les flux et transactions économiques, commerciales et financières entre les pays membres de la CEDEAO et le Mali, impactent la situation déjà malingre de nos entreprises. Elles portent un énorme préjudice à nos clients surtout en cette période de paiement des salaires. Le SYNABEF et la FENPECAB invitent les autorités monétaires à reconsidérer cette position. Elle contribue à déstabiliser davantage nos Institutions. Elle les expose à la fronde sociale.

La décision affecte également plus les populations quand le pays, depuis 2012, traverse des jours difficiles.

Selon des sources concordantes, jusqu’au moment où nous étions sous presse, toutes les opérations entre les banques maliennes et leurs homologues de la CEDEAO étaient arrêtées. Mais, à l’intérieur Mali, aucun changement n’est encore perceptible entre les banques locales. Les opérations se mènent normalement. Notons qu’au même moment, des informations nous parviennent que la BCEAO -Mali aurait ouvert ses portes. Si cela se confirme, selon un travailleur de la banque, il n’y a plus d’embargo. Il n’y a plus de raison d’empêcher des opérations entre la BCEAO-mère et celle du Mali. “Mais, à notre niveau, nous n’avons pas encore obtenu un courrier qui confirme que la BCEAO locale a ouvert ses portes.

Boubacar DIARRA

 

By |2020-08-26T17:20:36+02:00août 26th, 2020|ECONOMIE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils