//LUTTE CONTRE LE TERRORISME : LE G5-SAHEL RENFORCE SON RESEAU DE COMMUNICATION ET D’INFORMATION

LUTTE CONTRE LE TERRORISME : LE G5-SAHEL RENFORCE SON RESEAU DE COMMUNICATION ET D’INFORMATION

Ce serait une lapalissade que dire, dans une guerre asymétrique comme celle qui se passe actuellement, entre les groupes terroristes et les armées loyalistes, dans la bande sahélo-saharienne, la qualité du renseignement militaire est un facteur extrêmement important pour espérer gagner la lutte. C’est là une assertion que nul ne peut contester dans la mesure où il a maintes fois été prouvé que les succès des différentes opérations militaires se mesurent à l’aune du perfectionnement du réseau de communication et d’information dont disposent les troupes déployées sur le théâtre des opérations. En vérité, s’il a été constaté, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme dans l’espace du Sahel, que les armées des pays dudit espace peinent à contenir les attaques des groupes terroristes, c’est essentiellement parce que ‘’le renseignement militaire’’ constitue leur talon d’Achille.

Les pays du G5-Sahel sont parfaitement conscients de cette réalité et c’est ce qui les motive à œuvrer pour rendre plus performant le réseau de communication et d’information de leurs institutions sous régionale de défense et de sécurité, la Force Conjointe du G5-Sahel.

Il est indéniable que dans toute œuvre se rapportant à la défense et à la sécurisation des populations et de leurs biens,  c’est essentiellement et surtout ‘’le capital humain’’ qui constitue l’ossature principale de toute structure destinée à cette fin

C’est fort de cette assertion que le ‘’Collège Sahélien de Sécurité’’ (CSS) a initié la  formation d’une équipe de 25 personnes issues des rangs des forces armées et de sécurités, des magistrats, des professionnels de l’Information et de la Communication. Ils sont originaires du Tchad, du Burkina Faso, du Niger, de la Mauritanie et du Mali. Cette séance d’instruction qui s’est étendue sur cinq (5) jours, du 9 au 13 novembre inclus, à Bamako, avait pour thème : « La gestion de l’information sécuritaire ». Tant les forces loyalistes sont en quête perpétuelle de moyens visant au perfectionnement de leurs outils de communication et d’information, autant les groupes terroristes excellent dans l’exploitation et la diffusion d’informations propagandistes. C’est donc dire que  la réussite de la lutte contre le terrorisme passe également par la réussite de la lutte contre ces propagandes au service du terrorisme.

C’est à juste raison que le Coordinateur du Collège Sahélien de Sécurité, Sékou Nama COULIBALY, a déploré les propagandes des forces terroristes que font certaines presses à l’échelle mondiale, peut-être sans le savoir

« Il est triste aujourd’hui de constater une certaine tendance médiatique globale à l’échelle planétaire à vouloir donner plus de pouvoir à l’international terrorisme » a dit M. COULIBALY avant d’inviter les médias à accompagner les forces armées et de sécurité dans la lutte contre le terrorisme. A cet effet, le Coordinateur du CSS dira : « Il est temps que les médias se mettent, eux aussi, en ordre de bataille contre le terrorisme… La communication est un champ  de bataille au 21ème siècle ». En tout cas nul ne peut contester, de nos jours, l’importance capitale que revêt la perfection du réseau de communication et d’information dans l’acheminement des différentes guerres, à travers le monde. Ce n’est pas pour rien si aujourd’hui, dans le cadre de la lutte contre le terrorisme, ce sont les troupes américaines qui sont les mieux cotées. En effet depuis plus d’une décennie, les Etats-Unis d’Amérique disposent du programme “AFRICOM’’ avec plus de six mille (6.000) hommes déployés sur treize sites entre l’Europe et l’Afrique. Signalons qu’Africom (en anglais : United States Africa Command) est le Commandement unifié des Etats-Unis d’Amérique pour l’Afrique et qui fut créé en 2007 par le département de la Défense de ce pays mais entré en fonction en 2008.

Il coordonne, sur le continent africain, toutes les activités militaires et sécuritaires des Etats-Unis d’Amérique

AFRICOM est représenté dans l’ensemble des pays du continent africain, à l’exception de l’Egypte qui dépend directement de son commandement central. Signalons que le rôle joué par AFRICOM dans la lutte contre le terrorisme dans le Sahel est capital car, l’appui qu’il fournit en termes de renseignement et aussi de ravitaillement en vol est essentiel pour la force française Barkhane et ses partenaires, les armées nationales des pays du G5-Sahel et leur force conjointe. On se souvient que lorsque les autorités américaines avaient émis l’idée du retrait de leurs troupes du Sahel, cela avait constitué un vrai sujet d’inquiétude pour la France et aussi pour les pays du G5-Sahel. C’est tout simplement dire qu’il est plus qu’impérieux pour les pays du G5-Sahel d’œuvrer au renforcement du réseau de communication et d’information de leur outil conjoint de défense et de sécurité.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-11-18T15:41:40+01:00novembre 18th, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils