/, INTERVIEW, POLITIQUE/Me Mamadou Konaté réagit à propos de la mise en place du gouvernement d’union nationale: <>

Me Mamadou Konaté réagit à propos de la mise en place du gouvernement d’union nationale: <>

Me Mamadou Ismael Konaté l’ex ministre de la Justice malien sur le plateau de TV5 Monde estime que la mise en place dungouvernement d’union Nationale ne peut résoudre le problème actuel. Pour lui, la question fondamentale, c’est la légitimité du président de la République qui est ébranlée.

En effet sur la question du nouvel attelage de l’équipe gouvernementale appelé gouvernement d’union Nationale l’éminent avocat malien  dira que c’est du bric-à-brac que l’on fait. « Au lieu d’aller chercher derrière les hommes, les idées et les personnes qui nous représentent, on va aller simplement débaucher les hommes pour les proposer des postes ministériels dans une dynamique de gouvernement d’union nationale. Ce n’est pas ça que l’on peut résoudre le problème de fond. La question fondamentale aujourd’hui c’est que, c’est la légitimité du président de la République a été ébranlée. Et parlant de cette légitimité, c’est la gouvernance du président, cette impuissance de mettre en place d’un système de justice convenable, cette incapacité à tenir l’État et cette fraude absolue qui a gangrené tout », a-t-il martelé.

«visiblement les demandes initiales  du M5 ont reçu des réponses qui sont jugées insatisfaisantes, bien évidemment on est revenu au point départ, avec les mêmes contestations et cette fois-ci, plus fort encore.» déplore Me Mamadou Ismaël Konaté. A ses dires concernant les événements tragiques « Il faut prendre soin dans nos Etats respectifs, d’éviter de pointer du doigt un homme pour le mettre à un poste. Au Mali, on va de soubresaut à soubresaut, ce n’est sans doute pas de cette manière qu’on va régler la crise »

Concernant le renforcement du président suite à ce sommet, Me Konaté pense que c‘est le drame. << Le président IBK en perte totale de légitimité au plan interne et national va aller en quête de légitimité, de souveraineté à l’extérieur. Cette démarche de la CEDEAO aujourd’hui est honnête et compréhensive. Vous voyez, une personne qui depuis deux mois ne sait pas où  aller sur son propre territoire, court aujourd’hui dans le cadre d’une visioconférence de quelques heures et y revient auréolé… C’est la question de légitimité du président de la République qu’il faut parler ». 

Quant à  la démission immédiate des 31 députés contestés y compris le président du parlement, il dira : « d’un point de vue du droit et de la loi, c’est d’autant plus paradoxale, car c’est le peuple, en tout cas c’est une bonne partie du peuple qui a demandé la démission du Chef de l’État lui-même pour les considérations liées aux faits qu’il constate une certaine incapacité à donner une suite au Mali. Ce que l’on refuse au plan constitutionnel, au peuple du Mali, c’est bien que l’on exige des députés à l’Assemblée Nationale. Ces 31députés sur les 147 ont été élus dans les mêmes conditions que les 116 que l’on veut protéger. » s’indigne. Selon lui les 31députés à qui, l’on exige une démission aujourd’hui, c’est une hérésie en droit que vouloir prétendre à faire démissionner 1 député de l’Assemblée nationale peu importe les modes suivants lesquels, il a été élu. Il a été consacré et proclamé par un arrêt de la Cour constitutionnelle, le même qui a proclamé les 116 autres. «La vraie justice, la véritable requête équité voudrait sans doute qu’on puisse dissoudre l’Assemblée nationale. Et qu’attend le président de la République pour faire cela ? C’est ça la vraie justice », a-t-ilsouligné.

Aïssétou  Cissé

By |2020-07-30T10:42:02+02:00juillet 30th, 2020|ACTUALITE, INTERVIEW, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils