/, ANALYSE, RELIGION/NOUVEAU CHALLENGE DE MAHMOUD DICKO: METTRE LE CAP SUR LA RESOLUTION DE LA CRISE SÉCURITAIRE DANS LE CENTRE

NOUVEAU CHALLENGE DE MAHMOUD DICKO: METTRE LE CAP SUR LA RESOLUTION DE LA CRISE SÉCURITAIRE DANS LE CENTRE

Sans prétention de vouloir démentir l’adage selon lequel « comparaison n’est pas raison », on pourrait néanmoins se faire à l’idée qu’à l’image de Khalid Ibn Walid, ce vaillant compagnon du Prophète Muhammad (PSAL), notre Imam Mahmoud DICKO, lui aussi, n’a jamais perdu de combat. En tout cas jusqu’à la preuve du contraire.

En effet, de sa levée de boucliers contre le code de la famille et de la personne (en décembre 2011) à son insurrection contre la mauvaise gouvernance sous le régime IBK (juin-juillet-août 2020) en passant par son opposition au projet de manuel sur l’éducation sexuelle dans les établissements scolaires au Mali (en décembre 2018), cet ex-président du HCIM a vu toutes ses actions couronnées de succès, au grand bonheur des populations. Si, de par le très grand charisme dont il jouit auprès de l’opinion nationale, ce guide religieux est pratiquement devenu la bête noire des tenants du pouvoir d’Etat et cela en différentes périodes, il faut dire qu’auprès des masses laborieuses sur toute l’étendue du territoire national, il est plutôt perçu comme une icône et un justicier du peuple. Ces postures lui siéent parfaitement et il ne ménage aucun effort pour atteindre les objectifs qu’il se fixe et qui, au demeurant, rencontrent toujours l’assentiment des populations, toutes tendances confondues. Signalons que pour les besoins de la récente crise socio-politique, le mouvement contestataire le M5-RFP avait fait de l’Imam DICKO une autorité morale à laquelle ledit mouvement se référait pour toute action à mener.

C’est ainsi qu’après avoir eu raison du régime d’IBK qui a été mis ‘’out’’ suite au putsch du 18 août 2020, l’Imam Mahmoud DICKO se fixe un nouveau challenge qui consistera à mettre le cap sur la résolution de la crise sécuritaire dans le centre.

Ce serait une lapalissade que dire, réussir à résoudre le problème sécuritaire dans les localités du centre du pays serait tout simplement réussir à tirer une très grosse épine du pied de toute la nation. Toutes les tentatives de résolution de cette crise, annoncées ou entreprises par les autorités publiques, ont montré leurs limites et les populations des zones concernées vivent sous les coupes des groupes djihadistes qui y étendent leurs hégémonies. Le plus aberrant dans cette crise sécuritaire est que ce sont plutôt les conflits intercommunautaires qui servent de terreau à l’expansion de l’action des groupes djihadistes. L’Imam Mahmoud DICKO, à l’image de bon nombre d’observateurs et autres analystes avertis, se convainc que la résolution de la crise sécuritaire dans cette partie du territoire est très fortement tributaire de la cessation des conflits intercommunautaires. C’est donc en fin stratège que ce leader religieux entreprendra son nouveau challenge qui consistera à œuvrer sans relâche pour une réconciliation entre les différentes communautés de la zone, notamment entre les Peulhs et les Dogons. Pour le guide DICKO, la ‘’page IBK’’ étant tournée, il lui est alors loisible de «retourner dans sa mosquée», d’où il s’offrira les coudées franches pour entreprendre des actions allant dans le sens de la réconciliation entre, spécifiquement, les communautés peules et dogons. Bien que parfaitement convaincu que la tâche ne sera pas aisée, l’Imam se dit néanmoins optimiste quant à l’aboutissement de ce nouveau combat dans lequel il s’engage. D’ores et déjà, il a appelé les Peuls et les Dogons à ranger les armes. Un message qu’il souhaite porter dans les jours à venir sur le terrain, en compagnie des leaders de toutes les confessions religieuses du Mali. De par le fait qu’il ait accepté d’être l’autorité morale du M5-RFP, Mahmoud DICKO fut accusé, par ses détracteurs, d’immixtion dans le champ politique qui ne devrait pas être le sien.

C’est donc dire que son nouveau challenge devrait alors lui permettre de redorer son blason qui avait peut-être commencé à se ternir aux yeux des détracteurs en question.

A vrai dire, si l’Imam Mahmoud DICKO affiche un certain optimisme quant à la résolution de la crise sécuritaire dans les localités du centre pays, cela est d’autant compréhensible quand on sait que sa voix porte très loin, tant auprès des groupes djihadistes que du côté des communautés peules et dogons. C’est un secret de polichinelle que dire, malgré le ressentiment qu’éprouvent les maliens dans leur majorité écrasante à l’endroit des groupes djihadistes qui sévissent au Mali, les relations de bonne entente et de respect mutuel entre l’ex-président du HCIM, l’Imam Mahmoud DICKO, et certaines têtes couronnées de la nébuleuse djihadiste, ne sont pour autant pas rompues. Bien au contraire, au regard de certains faits récents, tout permet de se faire à l’idée que les chefs djihadistes, notamment Iyad Ag GHALY et Hamadoun KOUFA, vouent un très grand respect à la personne de l’Imam.  En effet on se souvient que le samedi 29 février 2020, lors d’un meeting qu’il a animé, il s’était adressé aux chefs djihadistes en ces termes : «Je sais qu’ils m’entendent, le pays a trop souffert, les Maliens ont trop souffert, il y a eu trop de morts, trop de sang versé, je lance un appel à Iyad ag GHALI et Amadou KOUFA. Ils prétendent se battre au nom du prophète. Si cela est vrai, je leur demande d’arrêter» comme pour inviter ces derniers à une table de négociation. 

Le moins que l’on puisse dire est que cet appel avait été entendu par les chefs djihadistes qui n’avaient pas tardé à y donner une suite favorable.

En effet, seulement deux semaines après cet appel, plus précisément le lundi 16 mars 2020, la coalition djihadiste ‘’Al Qaïda au Maghreb Islamique’’ (AQMI) s’était fendue d’un communiqué pour signifier son acceptation de trêve, conformément à la demande faite par l’Imam Mahmoud DICKO lors du meeting organisé par la CMAS le 29 février 2020. En effet, dès lors il avait été constaté sur le terrain, une diminution significative des attaques terroristes dans les localités du centre et celles du septentrion du Mali. Eu égard à ses relations de cordialité avec les chefs djihadistes et aussi compte tenu de la très grande aura dont il jouit auprès des communautés peules et dogons, tout permet de se rassurer que l’Imam Mahmoud DICKO saura relever le défi de la résolution de la crise sécuritaire dans les contrées du centre du pays. 

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-25T18:06:12+02:00août 25th, 2020|A LA UNE, ANALYSE, RELIGION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils