/, POLITIQUE/PERSPECTIVES 2023 : BOUBOU CISSE ET MOUSSA TIMBINE DEUX JEUNES LOUPS AUX DENTS LONGUES

PERSPECTIVES 2023 : BOUBOU CISSE ET MOUSSA TIMBINE DEUX JEUNES LOUPS AUX DENTS LONGUES

S’il est vrai que les péripéties de la crise sociopolitique que le Mali traverse depuis plus de dix semaines maintenant ont affecté la société malienne dans bon nombre de domaines, il n’en demeure pas moins vrai aussi que certains acteurs, notamment politiques, se mettent en posture d’en faire un tremplin en perspective de l’élection présidentielle de 2023. Quoique cela puisse paraitre incongru vu la situation d’incertitude qui prévaut dans le pays en ce moment, nombreux sont les analystes politiques et autres observateurs qui se convainquent des prémices d’une bataille larvée, au sein de la majorité présidentielle, pour la succession d’IBK en 2023.

Comme il est de coutume chez nous, et en bien d’autres endroits du globe d’ailleurs, un Chef d’Etat qui s’achemine vers l’expiration du délai constitutionnel qui lui est conféré, prend souvent le soin de jeter son dévolu sur ‘’un dauphin’’ généralement issu de la même obédience politique que lui, très certainement que pour la présidentielle de 2023, le Président IBK qui sera au terme de son second et dernier mandat, ne dérogera pas à cette règle. En tout cas, certains signes prémonitoires apparaissent déjà dans le sérail du pouvoir d’Etat et cela, le plus logiquement du monde, ouvre la voie à des intrigues et autres manœuvres pour mieux se positionner.

Même si, jusqu’à la preuve du contraire, le Président IBK n’a pas encore formellement choisi ou désigné son potentiel successeur, les observateurs avertis ne sont pas dupes que ses préférences oscillent entre Boubou CISSE et Moussa TIMBINE, deux jeunes loups aux dents longues, respectivement Premier ministre et Président de l’Assemblée Nationale.

Si le premier a été connu comme ‘’apolitique’’ et que cela avait plaidé en sa faveur au moment de sa nomination à la ‘’Primature’’ en avril 2019, il faut dire que de nos jours, il peut se prévaloir d’un certain savoir-faire en matière politique. D’ailleurs le Président de la République lui-même a concédé que ce jeune Premier ministre, relativement novice en matière politique, a son onction pour tenir les rênes de la majorité présidentielle. En effet, dans une lettre de mission qu’il a adressée au Premier ministre Boubou CISSE, le Président de la République écrit : « Je vous ai reconduit dans vos fonctions de chef de gouvernement, le 11 juin dernier. Ce n’était là nulle complaisance, nulle faveur mais un choix dicté par le mérite : votre mérite. Vos compétences techniques sont avérées. Votre loyauté également que j’ai eu loisir à vérifier pendant la quarantaine de jours où vous vous êtes tenu à mes côtés pour gérer la crise sociopolitique que le pays traverse. Enfin, vous avez un sens élevé de l’Etat et de l’éthique. Je n’ai aucun doute que vous vous assumerez en tant que coordinateur de l’action gouvernementale, chef de l’administration publique, chef de la majorité présidentielle, et qu’il plaise à Dieu, chef possible d’une majorité pour l’avancement et le progrès du Mali, le seul progrès du Mali. Cette majorité, vous savez combien je la souhaite, combien je l’ai voulue et la veux avant même qu’elle fasse partie des recommandations de la CEDEAO. Je continue d’y croire et d’y travailler. Vous aussi, je le sais et c’est mon devoir d’en témoigner ».

Ne devrait-on pas comprendre, à travers ces propos, que le Chef de l’Etat s’accommode déjà de considérer Boubou CISSE comme le tenant des rênes de la majorité présidentielle ?

En tout cas l’idée y est parfaitement. Et pourtant, il est de notoriété publique que suite à la proclamation des résultats définitifs des dernières législatives et surtout suite à l’interférence du Chef de l’Etat pour ‘’désigner’’ Moussa TIMBINE comme président de l’Assemblée Nationale, un climat des plus délétères s’est installé au sein de la plateforme ‘’ Ensemble Pour le Mali’’ (EMP) avec pour conséquence une nette scission entre deux courants antagonistes au sein de cette coalition politique. Cette interférence du Président de la République a fini de convaincre bon nombre d’observateurs que c’est plutôt Moussa TIMBINE qui pourrait être choisi pour succéder à IBK en 2023. Si le sort de TIMBINE est fortement tributaire des résolutions de la crise au niveau de l’Assemblée Nationale, il faut dire que Boubou CISSE non plus n’en est pas mieux loti dans la mesure où Mahmoud DICKO, l’autorité morale du M5-RFP réclame sa démission. Evidemment que chacun des deux a ses forces et ses faiblesses dans cette bataille larvée et fait tout pour tirer la couverture à soi.

Ainsi, dans son projet d’accord politique de sortie de la crise, le Premier ministre, Dr Boubou CISSE, propose “l’élection d’un nouveau président consensuel à l’Assemblée Nationale”.

Naturellement que par une telle proposition, le Premier ministre dénie déjà toute légitimité au président actuel de l’institution parlementaire. Au-delà de cette proposition qui ne rencontrera certainement pas l’assentiment de Moussa TIMBINE, le Chef du Gouvernement et son équipe font leur la proposition du M5-RFP qui voudrait que les législatives soient reprises dans les circonscriptions où les résultats sont sujets à contestations. De son côté, le Président de l’Assemblée Nationale ne ménage aucun effort pour inciter les dirigeants du RPM à revendiquer avec véhémence et insistance le poste de Premier ministre qui, à son avis, revient de droit à son parti d’appartenance. C’est ainsi que toutes les actions populaires qui pourraient donner du fil à retordre au Chef du Gouvernement sont encouragées par Moussa TIMBINE et les siens au sein du RPM.

En tout cas, le moins que l’on puisse dire est que, malgré les péripéties qui n’en finissent pas de jalonner la crise sociopolitique que le Mali traverse en ce moment-ci, Boubou CISSE et Moussa TIMBINE, deux jeunes loups aux dents longues semblent plus préoccupés par leurs positionnements respectifs dans le microcosme politique national.

 

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-17T18:29:57+02:00août 17th, 2020|A LA UNE, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils