/, ECONOMIE/POUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LA DÉLINQUANCE FINANCIÈRE AU MALI: LA CENTIF ET LA CPLC SCELLENT UN PARTENARIAT FÉCOND DEPUIS HIER

POUR LA LUTTE CONTRE LA CORRUPTION ET LA DÉLINQUANCE FINANCIÈRE AU MALI: LA CENTIF ET LA CPLC SCELLENT UN PARTENARIAT FÉCOND DEPUIS HIER

Dans la perspective de former une synergie d’actions contre la corruption et la délinquance financière au Mali, la Cellule Nationale de Traitement des Informations Financières (CENTIF) et la Communauté de Pratique de Lutte Contre la Corruption (CPLC) ont signé hier mercredi 05 août 2020 à l’Hôtel Radisson Blue une convention de partenariat. La cérémonie a regroupé plusieurs responsables des structures chargées de lutter contre la corruption et la délinquance financière parmi lesquels le représentant du Vérificateur Général, le président de l’OCLEI, Moumouni GUINDO, le président de la CENTIF, Marimpa SAMOURA, la présidente de la CPLC, Mme TRAORÉ Mariétou SÉNOU, en présence du représentant du ministre de la Justice, Garde des Sceaux.

Dans son mot de bienvenue, la Présidente de la Communauté de Pratique de Lutte Contre la Corruption (CPLC) a rappelé que l’impact de la criminalité financière constitue un facteur majeur de déstabilisation de notre économie et entrave la sécurité mais aussi le bien-être de la population. Selon elle, cette situation alarmante nous interpelle tous et nous invite à passer à l’action pour bannir ce fléau. Elle est convaincue qu’aucune structure ne peut lutter seule contre le fléau de la criminalité financière et est conscient du rôle essentiel des OSC dans sa prévention et son atténuation.

Nos deux structures ont jugé nécessaire de mutualiser leurs efforts dans la dynamique de renforcement des capacités des acteurs pour un impact plus positif dans la lutte contre la criminalité financière, a indiqué Mme TRAORE Mariétou SENOU.

Elle a ajouté que cette initiative venait à point nommé et trouvait sa justification dans l’ampleur de ce phénomène dans notre pays. La Communauté de Pratique, fidèle à ses engagements ne ménagera aucun effort pour favoriser la culture de l’intégrité et la promotion des bonnes pratiques en matière de lutte contre la criminalité financière sous toutes ses formes. Le Président a rappelé que la CENTIF est une autorité administrative indépendante créée par la Loi N° 2016-008 du 17 mars 20l6 portant Loi uniforme relative à la Lutte contre le Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme (LBC/FT), dont la mission principale est de recevoir des entités habilitées (dont les organisations de la société civile), les déclarations portant sur les opérations laissant suspecter l’origine ou la destination illicite des fonds concernés. Marimpa SAMOURA a laissé entendre que la nécessité pour les Etats à l’échelle mondiale, de mettre en place des structures chargées de la prévention et de la répression du recyclage des produits du crime résulte de la prolifération de l’argent sale, dont les conséquences sont entre autres la dérégulation des économies et des institutions. Depuis le début du siècle dernier, les dirigeants du monde ont convenu à travers divers traités et conventions de stratégies de lutte contre la criminalité financière transnationale. La lutte contre la corruption s’inscrit dans ce cadre, a-t-il précisé. SAMOURA a signalé que la CPLC représentait la société civile qui pouvait se définir comme englobant tous les groupes, à but non lucratif ayant pour vocation de s’impliquer de manière volontaire dans une action collective de défense des intérêts des citoyens, se traduisant par la bonne gouvernance, le respect des droits humains et de l’état de droit.

Pour lui, la CENTIF et la CPLC mènent le même combat dans le même but avec un objectif commun à savoir la promotion de la bonne gouvernance à travers une lutte implacable contre les criminels financiers.

La signature de cette Convention bilatérale s’inscrit dans le cadre de développement d’un partenariat efficace et efficient entre la Cellule Nationale (CENTIF) et la Communauté de Pratique (CPLC), en vue de mener une lutte sans merci contre les phénomènes transnationaux de Blanchiment de Capitaux et le Financement du Terrorisme (BC/FT), généralement réunis sous le vocable « criminalité financière ». “Nous sommes tous conscients que la complexité et les mutations rapides de ces deux fléaux qui, de par leurs effets pervers, anéantissent tous les efforts de développement et de gouvernance démocratique, exigent:

  • L’implication de toutes les parties prenantes nationales, y compris les organisations de la société Civile et, dans cet objectif;
  • l’établissement de nouveaux partenariats entre elles ainsi que des approches novatrices, que la présente Convention a vocation à promouvoir”, a-t-il dit.

Le Président de la CENTIF a indiqué que ce partenariat se concrétiserait notamment par le renforcement des capacités des acteurs de la CPLC à travers des actions de formation et de sensibilisation menées par la CENTIF en matière de blanchiment des capitaux et le financement du terrorisme. Il se traduirait également par des échanges de renseignements relatifs à des opérations suspectes en vue d’orienter utilement la CENTIF; cette dernière mettrait tout en œuvre pour que les adhérents de la CPLC s’approprient les concepts de la criminalité financière et des approches de la lutte. Il a aussi ajouté que si la Société Civile, dans sa grande majorité, parvenait à prendre conscience des effets néfastes de l’argent sale sur la vie des individus et des nations, et s’associer pleinement à leur lutte, leur partenariat ce jour scellé devant des témoins historiques privilégiés aurait atteint son objectif.

Le représentant du Vérificateur Général, tout comme le Président de l’Office Centrale de Lutte contre l’Enrichissement Illicite (OCLEI) ont, tour à tour salué la signature d’une telle convention et ont surtout réclamé la collaboration, la coopération et la complémentarité de toutes les structures en charge de lutter contre le fléau au Mali. Le représentant du ministre de la Justice, Garde des Sceaux a félicité les nouveaux partenaires pour cette initiative. Il a enfin réitéré l’accompagnement de son Département dans la perspective d’atteindre les objectifs de la convention.

Boubacar DIARRA

By |2020-08-06T16:41:18+02:00août 6th, 2020|ACTUALITE, ECONOMIE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils