//PROPOSITIONS DE SORTIE DE CRISE APRES LE PUTSCH DU 18 AOUT : UN DOCUMENT DU COMITE STRATEGIQUE DU M5RFP SOUS LE MANTEAU SERA BIENTOT SOUMIS A LA JUNTE !

PROPOSITIONS DE SORTIE DE CRISE APRES LE PUTSCH DU 18 AOUT : UN DOCUMENT DU COMITE STRATEGIQUE DU M5RFP SOUS LE MANTEAU SERA BIENTOT SOUMIS A LA JUNTE !

Acteur majeur des événements qui ont conduit à la chute du régime IBK, le Mouvement du 5 juin, de sources internes, travaille actuellement sur un document qui sera soumis au Comité National pour le Salut du Peuple CNSP.

Ce document une fois présenté sera considéré comme les propositions du M5 RFP à la sortie de crise du pays. À ce propos Dr choguel Kokalla MAIGA, une des figures de proue du mouvement, s’est voulu clair: « Nous n’avons pas besoin d’être en contacte avec les militaires, a-t-il indiqué à des Maliens qui voulaient davantage savoir sur leur position dans la situation actuelle marquée par des discussions entre le CNSP et la médiation de la CEDEAO. A en croire le membre du Comité Stratégique du M5R FP, avant le coup d’état du 18 août ce sont les militaires qui ont le plus souffert du régime IBK à cause de la grande corruption dans les affaires militaires. Choguel MAIGA révèle que le mouvement travaille sur un document qui sera soumis au CNSP bientôt .Ce document en cours d’élaboration constituera les propositions du mouvement pour la sortie de crise.

Depuis la chute du régime et l’arrivée de la délégation de la CEDEAO, les discussions se focalisent sur le sort des anciens dignitaires et l’avenir du Mali.

La sous région par principe refuse de cautionner ce coup d’état et la démission d’IBK. Elle l’assimile à un action forcée. Une fois au Mali, le médiateur Goodluck Jonathan et sa suite ont cherché à rencontrer le président déchu. Ce qui fut accepté sans difficultés par la junte militaire. Une junte avec laquelle des discussions sont ouvertes depuis quelques jours. Il ressort d’un communiqué qui circule que les points de discussions entre la junte et la mission de la Cedeao ont porté entre autres sur : la demande de voir IBK, les conditions de sa détention et son état de santé. Cette demande a été acceptée par le CNSP sans difficultés. C’est pourquoi la mission a eu accès au président déchu dès son arrivée au Mali. L’ex président, au cours de la rencontre avec les visiteurs, leur a confié qu’il a démissionné de son propre gré. Il remercie les militaires qui lui ont garanti la sécurité durant tout ce temps. Autre point abordé dans les discussions, c’est l’allègement des conditions de détention. Ce qui est accepté également car IBK est libre d’être gardé dans une résidence de son choix. Egalement l’ex président selon des confidences est libre d’aller se soigner à l’étranger mais la CEDEAO a garanti qu’il serait amené au pays en cas de besoin.

Il a été question aussi de l’allègement des  conditions de détention des personnalités arrêtées dans le cadre du coup perpétré par les militaires.

Le comité militaire a accepté mais insiste que les personnalités dont il est question soient sous surveillance. Les discussions entre les parties ont porté sur la mise en place d’une transition. Un compromis est trouvé mais rien n’a été arrêté par les parties. Le Comité militaire a demandé la levée des sanctions contre le peuple malien car sanctions ou pas, le peuple souffre déjà et les sanctions ne font qu’aggraver sa situation. C’est ainsi que les conclusions de ces rencontres devraient être soumis au sommet extraordinaire des chefs d’Etat initialement prévu ce mercredi mais a connu un changement de calendrier. Si tout se passe comme prévu, le Mali a de fortes chances de ne pas subir les conséquences d’un embargo que certains voudraient imposer. S’agissant de la transition et du gouvernement qui sera mis en place, les acteurs maliens sont dans la réflexion même si l’on sait que nombreux sont ceux qui sont dans leurs propres calculs.  Pour ces Maliens à l’agenda caché, nous dirons que la junte est suffisamment avertie pour ne pas tomber dans des pièges dont les politiques ont eux seuls les secrets. Le M5RFP a l’avantage car il peut se réjouir d’être un partenaire naturel de la junte qui a pris le pouvoir  le 18 août dernier.

Sur l’avenir de cette complicité le temps seul permettra de juger.

Le mouvement du 5 juin même si il peut se targuer d’avoir commencé les hostilités contre IBK doit avoir la modestie de reconnaitre qu’il s’agit de l’aboutissement d’un combat collectif. Vouloir renvoyer les militaires dans les casernes pour continuer les anciennes pratiques politiques relèvera d’une utopie car le CNSP montre déjà des signes que l’armée, c’est aussi des cadres de valeur capables de relever les défis ou qu’on place le militaire.

Laya Diarra

By |2020-08-26T17:00:59+02:00août 26th, 2020|A LA UNE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils