//RANÇON DE LA GLOIRE: LES TROIS BOURDES MONUMENTALES DU CNSP

RANÇON DE LA GLOIRE: LES TROIS BOURDES MONUMENTALES DU CNSP

Certes qu’en se servant du soulèvement populaire, porté par le M5-RFP, comme tremplin pour renverser le régime IBK, le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) a non seulement gagné en gloire auprès du peuple mais aussi tente de s’octroyer les coudées franches pour tenir les rênes du pays à sa convenance. Mais hélas, dans un système démocratique à l’image du nôtre, la conduite des Affaires Publiques obéit forcément à des pratiques et règles générales, à défaut desquelles on raterait tout simplement le coche. Les principes en question sont inéluctables et tout manquement ou défaillance dans leurs applications constituerait des fautes graves qui pourraient affecter négativement la bonne marche de l’Etat.

Pour ne pas ramer à contrecourant de ces règles générales qui constituent, en fait, des principes sacro-saints, il conviendrait pour les gouvernants de faire preuve de beaucoup de tact et aussi de discernement afin d’éviter de se mettre en travers des dispositions légales du pays et aussi desdits principes sacro-saints. Mais à bien disserter sur les tenants et les aboutissants de la gestion de ‘’l’après IBK’’, on se rendrait compte que le Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) pourrait être amené à payer la rançon de la gloire pour avoir commis essentiellement trois bourdes qui plaident en sa défaveur. Il est de notoriété publique que le coup d’état qui a eu raison du régime IBK est le fruit de la conjugaison des efforts entre le peuple, porté par le M5-RFP, et les militaires regroupés au sein du CNSP. A cet effet, il aurait été plus convenable que ‘’l’après IBK’’, en attendant la mise en place des organes de la transition, soit géré en tandem entre le M5-RFP et le CNSP.

Mais malheureusement la junte a voulu faire cavalier seul et cela l’a conduit à commettre trois bourdes monumentales qui auront infailliblement un impact négatif sur la suite des actions à mener.

D’abord, à la suite immédiate du putsch qui, au demeurant, a rencontré la caution populaire, la CEDEAO a dépêché une délégation à Bamako pour s’enquérir des tenants et des aboutissants de ce coup de force. La junte a commis une première bourde en prenant la responsabilité de discuter seule avec la délégation sous régionale, sans y associer un quelconque acteur civil. En pareille circonstance il aurait été plus séant que la junte invite aux débats certains acteurs politiques, notamment des membres du M5-RFP, et aussi des leaders d’opinion de la société civile. Cette configuration de la partie malienne était vraiment nécessaire dans la mesure où, la junte étant purement militaire et son interlocutrice (la CEDEAO) purement politique, les conceptions de part et d’autre peuvent être à l’antipode l’une de l’autre. Donc si la junte avait recouru à certains acteurs politiques et leaders d’opinion maliens, les débats avec la CEDEAO auraient pu être plus édifiants et rassureraient les civils quant à une sincère volonté des militaires à ne pas s’éterniser au pouvoir.

La deuxième bourde monumentale du CNSP est le fait d’avoir établi, de façon unilatérale, ‘’l’Acte Fondamental’’ qui jure avec tous les principes d’une démocratie multipartite.

Là où le bât blesse le plus est que, de par cet ‘’Acte Fondamental’’, le CNSP s’arroge l’essentiel du pouvoir d’Etat. En plus, les éminents constitutionnalistes du pays sont unanimes à reconnaitre que ‘’l’Acte Fondamental’’ pris par le CNSP est en flagrante contradiction avec la Constitution de la République du Mali. Dans ce cas la junte imposera-t-elle au peuple un ‘’Acte’’ qui contredit la Loi Fondamentale du pays ? En tout cas, nous ne sommes pas loin de cela. Et pourtant la junte a toujours clamé haut et fort qu’il n’y a pas eu de coup d’état car la Constitution n’a pas été suspendue. Devrait-on alors se faire à l’idée d’une cohabitation entre la Constitution du Mali et l’Acte Fondamental du CNSP ? En cas de couac entre les dispositions de ces deux textes, auquel reviendra la préséance ?

Enfin, la troisième bourde commise par le CNSP est le fait d’avoir décidé, encore de façon unilatérale, d’organiser une rencontre avec les forces vives de la nation.

Mais à la dernière minute, cette rencontre a été ajournée sine die. D’ailleurs il ne pouvait en être autrement étant donné que pour cette rencontre la junte a semblé non seulement tâtonner mais aussi ne semblait pas être suffisamment préparée pour la circonstance. La preuve évidente de cette impréparation tient du fait qu’au nombre des invités à cette rencontre, le CNSP a oublié certaines composantes incontournables de la société malienne. Il s’agit du M5-RFP et aussi des courants religieux du pays. Il serait superfétatoire de dire, dans la configuration actuelle de la société malienne, il serait tout simplement utopique que de vouloir réussir une rencontre avec les forces vives de la nation en dehors du M5-RFP et des organisations religieuses musulmanes.

El Hadj Mamadou GABA  

By |2020-09-01T16:16:04+02:00septembre 1st, 2020|LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils