/, ANALYSE/RESOLUTION DE LA CRISE MALIENNE: LE CHÉRIF DE NIORO AU FOUR ET AU MOULIN MAIS SANS TAMBOUR NI TROMPETTE

RESOLUTION DE LA CRISE MALIENNE: LE CHÉRIF DE NIORO AU FOUR ET AU MOULIN MAIS SANS TAMBOUR NI TROMPETTE

En disséquant grosso modo la crise que le Mali traverse depuis neuf semaines maintenant, on y verrait essentiellement deux aspects qui, au demeurant, ont des ramifications qui s’emboîtent mutuellement et réciproquement. Il y a d’abord l’aspect sociopolitique qui oppose le Président de la République, en sa qualité de première institution, au M5-RFP un mouvement hétéroclite constitué, en tout cas jusqu’à la preuve du contraire, d’organisations religieuses, politiques et de la société civile. Il y a aussi l’aspect politico-judiciaire qui met en scène le Président de la République, l’Assemblée Nationale et la Cour Constitutionnelle. De par les méandres de la justice, il ne se fait l’ombre d’aucun doute que la résolution de ce dernier aspect, à savoir la crise politico-judiciaire, requerra non seulement un débat de très haut niveau entre des spécialistes du droit mais aussi en appellera forcément à des mesures politiques.

S’agissant de l’aspect sociopolitique, la solution ne peut être que purement politique et c’est en cela justement que les protagonistes sont exhortés à s’investir résolument en acceptant de faire des concessions significatives tout en sachant raison garder. A vrai dire, au regard des tenants et des aboutissants de la crise en question, c’est surtout du côté du M5-RFP que se situe le goulot d’étranglement. Il faut dire que ce mouvement de contestation a fait preuve d’un jusqu’au-boutisme dont il pourrait pâtir et des signes évidents l’augurent d’ailleurs. C’est un secret de polichinelle que dire, le M5-RFP tire sa force essentiellement de sa collaboration avec l’Imam Mahmoud DICKO qui, à son tour, considère le Chérif de Nioro comme son ‘mentor’ dans le vrai sens du mot.

A ce titre le Chérif de Nioro devient, en toute évidence, une personnalité incontournable dans la recherche de solutions à la crise et les autorités publiques le lui reconnaissent bien.

Pour preuve, à l’occasion de la formation du ‘’gouvernement restreint’’ il lui a été fait l’honneur de choisir quatre (4) ministres sur les six qui sont censés conduire les discussions avec le M5-RFP. Ainsi, suivant ses desideratas, le portefeuille de l’Economie et des Finances est revenu à Abdoulaye DAFFE qui se trouve être l’enfant d’un de ses disciples.Tiébilé DRAME, un autre proche du Chérif, conserve le ministère des Affaires étrangères, de même qu’il en a été pour Général Dahirou DEMBELE au ministère de la Défense. En plus, le Chérif de Nioro aurait proposé le portefeuille de ministre de l’Administration territoriale à Choguel K. MAÏGA qui a préféré décliner la proposition pour des raisons personnelles. En s’accommodant de proposer les ministres ci-dessus cités, le Chérif de Nioro voudrait donner la preuve qu’il œuvre sans relâche pour la résolution de la crise et sans qu’il ait besoin de faire accompagner ses actes d’un quelconque tapage médiatique.

Bien entendu que cette attitude conciliatrice du guide spirituel des ‘’Hammalistes’’ n’agrée pas à tous, notamment dans le cercle des jusqu’au-boutistes du M5-RFP.

Mais qu’à cela ne tienne, le Chérif de Nioro ne se lasse nullement d’être au four et au moulin, mais sans tambour ni trompette, pourvu qu’on en arrive à une résolution de la crise. Un autre point sur lequel pourrait achopper le processus de sortie de crise concernerait le maintien, oui ou non, de Boubou CISSE au poste de Premier ministre. Nous savons qu’à ce propos, l’Imam Mahmoud DICKO avait plutôt exigé la démission de ce dernier et s’était prévalu, pour cela, du fait que celui-ci en sa qualité de Premier ministre n’a pas su prendre les mesures idoines pour empêcher la tuerie des civils lors des manifestation du 10 juillet 2020 et jours suivants. Il faut dire que l’exigence de la démission du Pm est d’autant légitime dans la mesure où cela dénote tout simplement un échec.

Mais ce qui pourrait tenir en haleine le citoyen lambda malien, c’est quand une espèce de contradiction apparait entre la position de DICKO et celle du Chérif de Nioro concernant le Pm Boubou CISSE.

Le fait de s’accommoder de la nomination des ministres qu’il a lui-même proposés, le Chérif de Nioro accepte de fait l’attribution de la primature à Boubou. Quoi qu’il en soit, cette contradiction ne devrait avoir le moindre impact négatif sur les relations entre ces deux leaders religieux, au point de compromettre le processus de résolution de la crise. Nous savons que l’Imam DICKO devrait incessamment se rendre à Nioro sur invitation du Chérif, si cela n’est déjà fait, et ce serait une lapalissade que dire, le problème du Pm Boubou CISSE sera au menu des entretiens. L’enseignement que l’on pourrait tirer de cette rencontre est qu’en tous cas tous ces deux hommes sont d’accord que le Président IBK doit rester en place. Le départ, oui ou non, concernera à présent le Pm Boubou CISSE.

El Hadj Mamadou GABA

By |2020-08-10T16:41:07+02:00août 7th, 2020|ACTUALITE, ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils