/, ANALYSE/SITUATION SOCIOPOLITIQUE ET INSTITUTIONNELLE AU MALI : QUELLE SOLUTION POUR UNE SORTIE DE LA CRISE ?: LES CHEFS TRADITIONNELS ET COUTUMIERS DES REGIONS DU NORD SOUS LA CONDUITE DE L’AMENOKAL DE KIDAL CHEZ LE CHERIF DE NIORO

SITUATION SOCIOPOLITIQUE ET INSTITUTIONNELLE AU MALI : QUELLE SOLUTION POUR UNE SORTIE DE LA CRISE ?: LES CHEFS TRADITIONNELS ET COUTUMIERS DES REGIONS DU NORD SOUS LA CONDUITE DE L’AMENOKAL DE KIDAL CHEZ LE CHERIF DE NIORO

La ville de Nioro du sahel est un lieu d’attraction où convergent politiques et hommes d’affaires. La crise sociopolitique et institutionnelle qui secoue le Mali vient de démontrer toute la dimension et l’influence du guide spirituel et vénéré Cheick M’Bouillé sur les dirigeants maliens. De moussa TRAORE à Alpha Oumar O. KONARE en passant par ATT, tous les chefs d’Etat qui se sont succédé ont cherché à tirer la baraka du guide hamalliste. Apres le coup d’Etat contre le régime du  président Amadou Toumani TOURE, les putschistes avec à leur tête le capitaine Amadou Haya SANOGO aura donné un poids à l’influence de M’Bouillé.

Il était le plus écouté par les putschistes    et aujourd’hui tout indique que c’est lui qui détient la solution de la crise du fait de son influence à la fois sur le pouvoir et sur le mouvement du 05 juin, plus particulièrement sur le parrain de la CMAS, l’imam Mahmoud DICKO. La preuve est que depuis le déclenchement de la crise socio-politique,   le domicile du chérif est devenu le centre de prise de certaines décisions. Tantôt, c’est le pouvoir, tantôt c’est les leaders de l’opposition politique. Ils y sont reçus pour des consultations quant à la meilleure conduite à adopter. C’est dans ce cadre que le directeur de la sécurité d’Etat, le Général Moussa DIAWARA y avait fait un tour. Il avait obtenu l’annulation du rassemblement du 19 juin 2020. Avant, les émissaires du pouvoir aussi s’y étaient rendus. Eux n’avaient pas  obtenu l’annulation du rassemblement du 05 juin 2020. Pour ce qui concerne la CMAS, tout ce qu’elle entreprend s’effectue après consultation et avis favorable du chérif de Nioro.

Devant l’impasse liée au dialogue de sourds, le chérif demeure l’arbitre.

Et le pouvoir semble l’avoir compris ; il en tirerarit le maximum de profit. Après la démission du gouvernement puis sa reconduction, Boubou CISSE a joué la carte du cadeau en choisissant des personnalités pour faire partie du gouvernement restreint. Les personnalités dont il est question sont réputées être du sérail du chérif. Tiebilé DRAME et Abdoulaye DAFE sont natifs de Nioro et reconnus par tous comme des disciples du Cherif. Quant au Général Dahirou, reconduit par Boubou au Ministère de la Défense et des Anciens combattants, il fait partie du cercle des officiers de l’après 22 mars 2012 qui continuent de peser de leur poids dans l’armée malienne pour le respect qu’il impose. Brave officier, ”Bri” a été recommandé à Boubou par M’Bouillé. Mais le blocage persiste puisque le premier ministre lui-même est rejeté par le M5_RFP. Quelle solution alors ? Le mouvement maintient la pression en conservant son mot d’ordre de désobéissance civile. Pour leur part, les ex-rebelles observent et tentent de faire la surenchère. Dans plusieurs sorties, la Coordination attire l’attention sur l’Accord qui, selon elle, souffre beaucoup dans son application. Faux rétorque le gouvernement qui se défend en indiquent des avancées. La crise sociopolitique et institutionnelle semble reléguer la crise sécuritaire au second plan. Là aussi, l’impression qui se dégage est que le centre devient plus préoccupant que le nord aux yeux des ex rebelles. Ceux-ci se livrent à toutes les acrobaties pour attirer l’attention du pouvoir. C’est dans ces conditions qu’on apprend de sources dignes de foi qu’une forte délégation de Kidal s’est rendue à Nioro après la fête de Tabaski. Quelles sont les raisons de cette visite ?

A en croire des indiscrétions, il s’agit d’une visite privée. Mais pour tout esprit qui analyse, cette visite ne peut avoir qu’un objectif : faire observer les insuffisances ou les retards dans l’application de l’Accord d’Alger.

Mais elle intervient dans un contexte de consultations entreprises en vue de la formation d’un gouvernement d’union nationale. C’est compte tenu de cette situation qu’on est en droit de croire que la délégation vise à faire connaitre la position des ex-rebelles, à indiquer les personnalités susceptibles de faire partie de l’équipe au nom de la coordination. Il faut rappeler que tous les gouvernements au Mali sont construits en tenant compte des hommes bleus dans l’attelage. Le régime d’IBK n’a pas dérogé à la règle. Depuis sa venue au pouvoir, IBK a placé des touarègues de Kidal au cœur des affaires en dépit du fait que, depuis la rébellion du MNLA, la région échappe au contrôle de l’Etat. Kidal est un Etat dans un Etat, comme le disent des plaisantins. A quand la fin de cette situation qui indigne tout Malien jaloux de la souveraineté du pays?

La question doit être évoquée par le chérif de Nioro. Arrivée le 02 août à 21 heures 30, la délégation a été accueillie par le Gouverneur de la Région, Monsieur Alhamdou AG ILIYENE, puis conduite par la suite au salon VIP du Chérif de Nioro. La journée du 03 août a été marquée par une réunion de 16h à 21h 30. Les échanges, selon les indiscrétions, ont porté essentiellement sur les causes et conséquences de la crise sociopolitique qui sévit dans le pays :

  • l’ébauche de solutions de sortie de crise;
  • la stratégie à adopter pour arriver à une solution consensuelle. Au terme de la réunion, le Chérif s’est engagé à apporter tout son soutien aux légitimités traditionnelles pour réussir leur mission de bons offices entre les différentes parties tout en sauvegardant l’intérêt supérieur de la Nation. Le Grand Amenokal de Kidal et Président des Chefs Traditionnels des Régions nord Mali, Monsieur Mohamed Ag Intalla a vivement remercié le patriarche pour l’accueil chaleureux qu’il a réservé à sa délégation.

La délégation, nous a-t-on confié,  était composée de:

  • Mohamed Ag Intalla, Grand Amenokal de Kidal, Chef de l’Adagh et Président des Chefs Traditionnels des Régions nord-Mali ;
  • Mahmoud Ould Oumarani, Doyen des Communautés Berabiches du Mali ;
  • Honorable Mohamed Ould Matali, Chef des Communautés Lamhares du Mali;
  • Abdoul Majid Ag Mohamed dit Nasser, Chef de la Tribu Kel Ansars;
  • Hamma Ag Mohamed, Coordonnateur des Communautés Idnanes, Imididaghanes et KelTichghayenes de la Région de Tombouctou, Coordonnateur des Chefs Traditionnels et Coutumiers des Régions nord Mali;
  • Alhassan Ag Assadeck, Chef de Tribu Imididaghanes de Tombouctou ;
  • Hamoudi Sidi Ahmed Ag Ada, Représentant des Communautés Hal Arouanes,
  • Général Takni Ag Intikane, Chef des Communautés Imgad de l’Adagh;
  • Khissa Ag Abdoulaye, Conseiller spécial du Grand Amenockal;
  • Moulaye Chirfi, membre des Chorfas du Mali.

LAYA DIARRA

By |2020-08-05T17:33:34+02:00août 5th, 2020|ACTUALITE, ANALYSE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils