/, RELIGION/TRANSITION AU MALI: LE CHÉRIF DE NIORO OPTE POUR UN PRESIDENT MILITAIRE

TRANSITION AU MALI: LE CHÉRIF DE NIORO OPTE POUR UN PRESIDENT MILITAIRE

Les tractations et les discussions autour de la présidence de la transition continuent entre les nouveaux dirigeants du Mali constitués en Comité National pour le Salut du Peuple (CNSP) et les forces vives du pays. Le mouvement du 5 juin-Rassemblement des Forces Patriotiques (M5-RFP) continue de dénoncer la tentative de confiscation du pouvoir par la junte militaire.

La présidence de la transition continue de diviser le pays. Les uns et les autres n’arrivent pas à s’entendre sur la question.  Le Chérif de Nioro, M’Boullé HAIDARA est parmi ceux qui pensent que la transition doit être dirigée par les jeunes militaires qui ont fait le coup d’Etat au président Ibrahim KEITA LE 18 Août 2020. Il opte pour une transition dirigée par un militaire, alors que la communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) exige à la junte de désigner un président civil, un premier ministre civil et revoir la charte de transition d’ici le mercredi 23 septembre. A défaut de quoi, elle menace de mettre un embargo total sur le Mali.

Le Chérif de Nioro demande à la CEDEAO d’alléger ou suspendre son embargo et donner une chance à ces jeunes militaires de gérer cette transition pour une durée bien déterminée. Selon lui, depuis longtemps, on nous dit que les militaires sont venus de l’extérieur pour nous aider. Mais  la guerre persiste toujours.

Le vendredi dernier, il a déclaré : «  Nous avons quelque chose pour mettre fin à cette guerre. Je veux que ces jeunes restent au pouvoir. Qu’on leur donne un temps dans lequel ils peuvent construire quelque chose. » Il a souligné que l’ancien président Ibrahim Boubacar KEITA était venu au pouvoir suite à une élection et que le peuple l’avait soutenu durant sept ans mais il n’a pu rien faire. Ce temps qui est donné aux jeunes militaires est minime par rapport à celui qui avait été donné à l’ancien président Ibrahim Boubacar KEITA. Un petit bout de temps leur a été donné. Qu’est ce qu’ils vont pouvoir faire. C’est  juste les mettre dos au mur. Qu’est-ce qu’ils vont pouvoir faire si on leur retire la présidence de la transition ? Qu’est ce que le reste du corps peut faire sans la tête » ?

Il a aussi indiqué ceci : « Il est normal que le président de la transition soit un des leurs. Que la sécurité soit mise la disposition des militaires. »

M’Bouillé HAIDARA dira aussi : ‘’Nous demandons au peuple que nous avons besoin de nos doléances-là. Depuis longtemps, nous sommes en guerre et nous souffrons. Que ces jeunes restent au pouvoir. Que la présidence de la transition reste au niveau de ces jeunes militaires mais aussi tout ce qui concerne la sécurité, la défense et l’administration territoriale. Les civils doivent gérer les affaires de l’extérieur. Il faut donner un temps aux militaires’’.

« Je demande à la CEDEA de nous épargner. Je ne connais pas les lois des pays mais je suis un citoyen. Je vois ce qui est en train de se passer. J’ai été un homme avant que Modibo KEITA ne soit président. Je me rappelle tout le régime de Modibo. Le régime de Moussa TRAORE m’a trouvé ici dans ce pays » a conclu le CHÉRIF.

YOUSSOUF KONATE

By |2020-09-21T11:03:58+02:00septembre 21st, 2020|ACTUALITE, RELIGION|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils