/, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO/TRANSITION POLITIQUE : LE M5-RFP SE LAISSERA-T-IL GRUGER PAR LE CNSP APRÈS L’ABOUTISSEMENT DE SA LUTTE?

TRANSITION POLITIQUE : LE M5-RFP SE LAISSERA-T-IL GRUGER PAR LE CNSP APRÈS L’ABOUTISSEMENT DE SA LUTTE?

En vérité, dans sa quête de paix, de justice sociale et de bonne gouvernance, le peuple malien se doit de dédier une hymne à la gloire pour le M5-RFP sous la houlette de l’Imam Mahmoud DICKO qui apparait désormais comme la pire terreur des hauts dirigeants du pays. Le jeu en vaut bien la chandelle étant donné que c’est ce mouvement populaire qui a tenu la dragée haute au régime d’IBK pour enfin conduire à la déchéance de celui-ci. Même si, à toute fin utile, l’intervention de certains hauts gradés de l’armée nationale sous l’étiquette du ‘’Comité National pour le Salut du Peuple’’ (CNSP), a été nécessaire pour renverser ce régime longtemps voué aux gémonies par la vox populi. Donc s’il est vrai que cette junte peut se prévaloir de posséder des armes et des soldats qui font en quelque sorte force, il n’en demeure pas moins vrai aussi que le M5-RFP, avec l’onction de l’Imam Mahmoud DICKO, peut, lui-aussi se targuer d’avoir le peuple souverain du Mali avec lui.

Or il est incontestable qu’aucun pouvoir, lequel qu’il soit et quoique démocratiquement élu fut-il, ne saurait résister à un soulèvement du peuple. Les tenants du régime défunt en étaient convaincus et c’est pourquoi, dès lors que l’annonce d‘une mobilisation populaire pour le vendredi 5 juin 2020 à Bamako, sous l’égide du charismatique Imam, avait été faite, le sommet de l’Etat en avait éprouvé une espèce panique. Surtout que les initiateurs de ce rassemblement populaire avaient laissé apparaitre leurs velléités de pousser le peuple à exiger la démission du Président de la République. On se souvient que face à cette menace portée par Mahmoud DICKO et les siens, le sommet de l’Etat avait tremblé et les institutions de la République, chacune selon sa stratégie, avaient tenté de désamorcer cette ‘’bombe’’ tant redoutée par les tenants du pouvoir d’Etat.  Le Président de la République qui était dans l’œil du cyclone a tenté d’user de tous les stratagèmes possibles pour stopper l’ouragan qui devait emporter son pouvoir, mais malheureusement toutes peines étaient perdues et ce qui devait arriver arriva. Le coup d’état fut perpétré et désormais les esprits sont plutôt focalisés sur la période transitoire qui devrait s’en suivre.

L’honnêteté intellectuelle voudrait, tout au moins, que l’on reconnaisse au M5-FRP et à son autorité morale Mahmoud DICKO, les mérites de ce soulèvement populaire dont l’aboutissement fut le Coup d‘Etat du 18 août 2020.

D’ailleurs la junte qui a renversé le pouvoir d’IBK a reconnu elle-même, par la voix de son porte-parole, que le CNSP n’a fait que parachever un travail ébauché par le peuple. En effet au cours de la manifestation populaire organisée par le M5-RFP, le vendredi 21 août 2020, en guise de remerciement au peuple pour sa grande mobilisation ayant abouti au renversement du régime, le colonel-major Ismaël Wagué, porte-parole du CNSP, déclarait devant les manifestants que « Le Comité National pour le Salut du Peuple remercie le peuple malien pour son soutien. Il n’y a pas eu de coup d’état. Nous avons parachevé le travail du peuple… ». Si aux yeux de l’opinion publique, la paternité de ce putsch revient au CNSP, il n’en demeure pas moins que c’est plutôt le M5-RFP qui a servi de tremplin aux militaires.

A ce titre il serait plus judicieux que la période transitoire soit dirigée en tandem entre le M5-RFP et le CNSP. Mais au regard du déroulement des choses, depuis la perpétration de ce coup de force, on pourrait être porté à se faire à l’idée que la junte nourrit plutôt des velléités de s’approprier exclusivement des rênes de la transition. En tout cas nombreux sont les observateurs qui se demandent si le M5-RFP accepterait de se faire gruger par le CNSP après l’aboutissement de sa lutte. Ce questionnement est d’autant pertinent quand on constate que ce mouvement populaire qui est à la base de la contestation contre le régime IBK semble avoir, de moins en moins, voix au chapitre en ce qui concerne les actes que pose le CNSP et ayant trait à la vie de la nation. Cela pourrait, si on n’y prend pas garde, conduire à une espèce de ressentiment entre ces deux entités. Toute chose qu’il faut absolument éviter car, s’il est vrai que les militaires ont les armes, il n’en demeure pas moins que le M5-RFP se prévaut de la force du peuple à laquelle nulle autre force ne peut résister.

 

El Hadj Mamadou GABA

 

By |2020-08-27T15:47:49+02:00août 26th, 2020|A LA UNE, LES INFOS DU SOIR DE BAMAKO|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils