/, ANALYSE, POLITIQUE/VERS UN CONSEIL NATIONAL CONTROVERSÉ AU MALI : LE PRÉSIDENT BAH N’DAW PÈCHE PAR LA COMPLAISANCE

VERS UN CONSEIL NATIONAL CONTROVERSÉ AU MALI : LE PRÉSIDENT BAH N’DAW PÈCHE PAR LA COMPLAISANCE

DÉJÀ DES REGROUPEMENTS POLITIQUES DÉCIDENT DE BOUDER LE CNT!

L’opinion commence à s’interroger et à s’indigner autour de l’attitude du Chef de l’EtatPrésident de la Transition, Bah N’DAW. L’enchainement des événements donne raison aujourd’hui à ceux qui pensent que le Président se laisse manipuler par la junte, désireuse de confisquer le pouvoir politiqueTout démontre qu’il est devenu l’otage d’un groupe de militaires obnubilésLe comble est qu’il se montre complaisant face à la volonté de la junte du CNSP de mettre en place un CNT taillé sur mesure

Le Décret sur la clé de répartition indique que l’organe à mettre en place sera dominé par les membres des forces armées et de sécuritéSur un total de 221 membres, l’armée a part congrue au détriment de la classe politique et des autres composantes de la société. Un fait qui ne se justifie sous aucun prétexte pour un CNT qui est d’essence politiqueAprès le coup de force du 18 août 2020, la junte a fait montre de velléités de confisquer le pouvoirOr la place de l’armée est dans les casernes pour défendre la patrie en dangerLe Mali est menacé par des groupuscules armés qui terrorisent villes et villagesTout le pays vit dans l’insécurité totaleDes narcotrafiquants et des milices dictent leur loi au centre et au  nord depuis des annéesLa signature d’un accord censé ramener la paix n’a rien changé dans la souffrance des populations. C’est dans ces conditions que le régime IBK a été renversé sous la pression du M5-RFPMais l’armée semble dans une démarche à ignorer le mérite de ce mouvement. C’est lui qui a permis le changement au MaliEt, le chef de l’Etat, Président de la Transition, Bah N’DAW,  par une réaction de complaisance, se rend complice de cette situationLa classe politique doit s’assumer face à l’hérésie de certains qui tentent de prendre tout le monde en otage dans ce processus

La junte du CNSP est entrain de filer du mauvais coton, eston tenté d’affirmer aujourd’hui

Les regroupements politiques, 24h après la tombée du décret de répartition du CNT, des regroupements politiques n’ont pas attendu afin de s’exprimer. Ainsi, la COFOP, le parti YELEMA, l’EMK de Cheikh Oumar Sissoko ont déclaré à travers des communiqués decident de ne pas participer au CNT. Et donc de ne pas y être représenté. Une confiscation du rôle politiques par les nouvelles autorités de la transition est fortement décriée. Il semblerait que la classe politique à l’unisson, décide de boycotter la composition du CNT surtout, dans sa forme actuelle qui se dessine. Selon des indiscrétions, le M5-RFP aurait aussi décider de ne pas être représenter dans le CNT. Une conférence de presse serait prévu le vendredi 13 novembre pour édifier ses partisans par rapport à leur position. Il semblerait que les nuages sombrent qui couvrent notre Maliba sont loin de disparaître. 

LAYA DIARRA

By |2020-11-12T15:30:44+01:00novembre 12th, 2020|A LA UNE, ANALYSE, POLITIQUE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils