//VERS UNE NOUVELLE TRANSITION AU MALI: LA JUNTE DANS UNE OPERATION DE CHARME

VERS UNE NOUVELLE TRANSITION AU MALI: LA JUNTE DANS UNE OPERATION DE CHARME

Le « parfait » coup d’État du CNSP

La chasse à l’homme ? Non  et non ! Mais juste pour assainir l’administration des sangsues et d’autres vampires qui se nourrissent  du sang du peuple. A chaque intrusion des militaires sur la scène, il faut un discours pour tenter de conquérir le cœur des citoyens.

 Ainsi, le CTSP avait conquis l’adhésion du peuple à partir du slogan : « KOKADJE ». En 2012, quand la junte militaire du capitaine Amadou Haya SANOGO s’est emparée du pouvoir ravi à ATT, le CNDRE avait  trouvé la formule qui capte. Aujourd’hui, il ne peut en être autrement pour le colonel  Sadio CAMARA et ses frères d’armes qui, à partir d’une mutinerie au camp SoundiataKEITA de Kati, ont réalisé un coup de force et mis le régime IBK à terre. Cette junte  peut se targuer de jouir bien de la sympathie populaire. La communauté internationale condamne par principe le coup d’état militaire. Elle dénonce l’acte en exigeant des militaires le retour à l’ordre constitutionnel. Mais cette communauté est butée au manque de répondant à l’intérieur du Maliles masses populaires épousent la démarche qui a mis fin au marasme qui s’était installé dans le pays .

UN PROFESSIONNALISME QUI DEMONTRE LA GRANDEUR DES PUTSCHISTES

La première surprise dans ce coup d’état réside dans le professionnalisme des acteurs. En effet, un grand mystère a plané sur le leadership au sein du Comité National pour le Salut du peuple CNSPCeci est une avance sur la junte militaire de mars 2012. Personne du groupe n’a été proclamé  chef d’Etat ni leader du Comité. Le groupe n’a pipé le moindre mot avant l’adresse à la Nation du président IBK qui en plus de sa démission, a annoncé la dissolution de l’Assemblée et la démission du Gouvernement. Mieux, les militaires promettent dans leur communiqué qu’ils confieront le pouvoir à un civil  pour conduire la transition. Ils ont affirmé que leur volonté n’est pas de présider aux destinées du pays.

Autre fait majeur surprenant : la continuité des institutions du pays contrairement en 2012où la junte avait suspendu le texte fondamentale et dissout toutes les institutions du paysÉgalement, le coup s’est déroulé sans effusion de sang. Tout cela a étonné les constitutionnalistes qui s’interrogent sur la nature de l’acte : un coup d’état ou une démission forcée ? Toutes les personnalités mises aux arrêts l’ont été dans la plus grande courtoisie. De l’avis de tous, ce respect symbolise les racines du pays.

LAYA DIARRA

By |2020-08-24T16:11:47+02:00août 21st, 2020|ACTUALITE|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

Aller à la barre d’outils